Sevrage tabagique : des médicaments sans effets psychiatriques ?

Soupçonnés d’induire des effets secondaires neuropsychiatriques graves, deux médicaments utilisés dans le sevrage tabagique, Zyban® et Champix®, ont fait l’objet d’une large étude. Cette étude, financée par les laboratoires qui commercialisent les médicaments, n’a pas mis en évidence d’augmentation significative de ces risques. Qu'en est-il en pratique ? 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Sevrage tabagique : des médicaments sans effets psychiatriques ?

Zyban® (bupropion) et Champix® (varénicline), deux médicaments utilisés dans le sevrage tabagique, préoccupent les autorités de santé depuis leur mise sur le marché. En cause, des risques psychiatriques accrus associés à leur consommation.

La plus grande étude à ce jour, portant sur leur sécurité et leur efficacité par rapport au placebo chez les fumeurs, avec ou sans troubles psychiatriques, est parue dans la revue scientifique The Lancet. A noter que l'étude, demandée par l'autorité sanitaire américaine (la FDA), a été financée par les laboratoires Pfizer et GSK qui les commercialisent.

Les résultats de l’étude indiquent que la varénicline et le bupropion, n'augmentent pas de manière significative la survenue d'effets secondaires neuropsychiatriques graves comparés au placebo.

L’étude a été menée sur 8.000 participants, âgés de 18 à 75 ans, fumant plus de 10 cigarettes par jour en moyenne. La moitié avaient ou avaient eu une affection psychiatrique stable (troubles de l'humeur ou psychotiques, anxiété...) et parmi eux environ la moitié prenaient des médicaments psychotropes. Les autres participants (4.028) n'avaient pas de problèmes psychiatriques.

Chez les fumeurs sans trouble psychologique, il n'y a pas eu d'augmentation significative d'événements indésirables neuropsychiatriques dans les quatre groupes de traitement (1,3% pour la varénicline; 2,2% pour le bupropion et 2,4% pour le placebo) lors du suivi mené après l'arrêt du traitement (9-24 semaines).

Chez ceux avec troubles psychiatriques, les taux d'effets indésirables étaient similaires dans tous les groupes (6,5% pour celui de la varénicline; 6,7% pour le groupe bupropion et 4,9% pour le placebo)

"Notre étude fournit une preuve supplémentaire de l'innocuité de ces médicaments chez les fumeurs souffrant de troubles psychiatriques, qui ont l'un des taux de tabagisme les plus élevés ", estime le professeur Robert M. Anthenelli (Université de Californie, San Diego, Etats-Unis), principal auteur de l'étude.

"La petite augmentation de l'incidence des effets neuropsychiatriques indésirables chez les personnes souffrant de troubles psychiatriques stables quel que soit le traitement doit être mis en balance avec les risques sanitaires importants connus du tabagisme", ajoute-t-il.

Les auteurs avertissent que les participants avaient un trouble psychiatrique stable et traité, et que par conséquent les résultats risquent de ne pas s'appliquer aux personnes ayant une maladie psychiatrique non traitée ou instable.

En 2013, la revue indépendante Prescrire faisait figurer le Zyban® sur sa liste noire des médicaments à écarter, parce qu'ils présentaient plus de risques que de bénéfices.