Image d'illustration. La ville de Montpellier, en région Occitanie, est une des métropoles qui affiche le plus fort taux d'incidence.
Image d'illustration. La ville de Montpellier, en région Occitanie, est une des métropoles qui affiche le plus fort taux d'incidence. Crédits Photo : © FredP / Shutterstock  

Covid : l'épidémie flambe en Occitanie

La région Occitanie est en proie à une hausse du nombre de cas de covid, mais aussi d’hospitalisations et d’entrées en réanimation, s’inquiète l’Agence Régionale de Santé. Des rassemblements festifs et touristiques expliquent cette flambée.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le Covid ne prend pas de vacances en Occitanie. Dans cette région, les nouvelles hospitalisations dues au covid ont été multipliées par trois en 15 jours, alerte le 23 juillet l'Agence régionale de santé (ARS). C’est la situation de toute la région qui "continue à se dégrader rapidement", prévient l’agence dans un communiqué.

Trois fois plus d’entrées en réanimation

"L'impact sanitaire est désormais avéré", souligne l'ARS, "tant pour les hospitalisations conventionnelles (90 par semaine contre 30 par semaine il y a 15 jours) que pour les soins de réanimatoires (30 par semaine contre moins de 10 par semaine il y a 15 jours)".

Concernant le taux d’incidence, il a augmenté de manière "très significative" en Occitanie ces sept derniers jours, passant de 74 pour 100.000 habitants à 228 pour 100.000 habitants en moyenne régionale, soit quatre fois plus que le seuil d’alerte fixé à 50.

A lire aussi : CARTE. Vacances et Covid : le virus se répand dans les régions touristiques

Les 20-29 ans d’abord, les plus de 65 ans ensuite

Selon l’ARS, ce sont les populations les plus jeunes qui sont les plus touchées par l'épidémie actuelle. Ainsi, "le taux d'incidence chez les 20-29 ans est actuellement de 651 pour 100.000, soit une augmentation de 168% en une semaine et un niveau équivalent à 13 fois le seuil d'alerte", insiste l'ARS Occitanie.

Mais "la dynamique s’est enclenchée pour les classes d'âge plus élevées. La hausse est supérieure à 200% en une semaine pour la population âgée de plus de 65 ans", relève-t-elle.

Plusieurs villes remettent le masque

A l’origine des contaminations : des évènements festifs, révèle l’ARS, qui appelle les populations à respecter les gestes barrière, à porter le masque et à se faire vacciner. Le variant Delta, la proximité avec l'Espagne et la présence de nombreux touristes dans la région expliquent aussi cette flambée.

Plusieurs villes et départements de la région Occitanie ont d’ailleurs décidé cette semaine de réinstaurer l’obligation du port du masque en extérieur pour tenter de lutter contre la hausse des cas. Parmi elles : Toulouse et Montpellier, les deux métropoles françaises ayant le plus fort taux d’incidence.

Le 22 juillet, les Pyrénées-Orientales, département qui présente le niveau d'incidence le plus élevé de France métropolitaine, a également pris la décision de conserver l’obligation du port du masque dans les lieux assujettis au pass sanitaire.

Des chiffres en hausse dans toute la France

Mais l’Occitanie n’est pas la seule région touchée par une hausse des cas et des hospitalisations. A l’échelle de la France, le taux d’hospitalisations est en hausse de 55% sur la semaine du 12 au 18 juillet et le nombre de patients admis en services de soins critiques en hausse de 35%, alerte l'agence sanitaire Santé publique France dans son point hebdomadaire du 22 juillet. Une situation qui n’avait pas été rencontrée "depuis 15 semaines", s’inquiète l’agence sanitaire.