La cigarette électronique boudée par le Mois Sans Tabac

Principal outil pour arrêter de fumer, la cigarette électronique n’est pourtant pas intégrée aux plans de lutte contre le cancer. À trois semaines du Mois sans tabac, des spécialistes de la santé demandent à revaloriser la “vape”.

Rédigé le , mis à jour le
La cigarette électronique boudée par le Mois Sans Tabac
Crédits Photo : © Pixabay / Lindsay Fox

La cigarette électronique s’invite dans la 6e édition du Mois sans tabac. En amont de l’opération, des spécialistes de la santé appellent à une meilleure reconnaissance de la "vape" dans la lutte contre le cancer.

Organisé par le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France, le Mois Sans Tabac voit chaque année plusieurs centaines de milliers de participants se lancer le défi de passer un mois sans fumer. Santé publique France met à disposition de chaque participant un kit gratuit, afin de l’accompagner dans l’arrêt de la cigarette.

Lire aussi : Le Vrai du Faux : La cigarette électronique est-elle dangereuse ?

“Ne pas se tromper de cible”

Si la cigarette électronique reste le principal moyen pour les fumeurs de se détacher de la cigarette traditionnelle, elle n’est pas incluse dans les plans mis en place par le gouvernement pour lutter contre le tabagisme. Une décision injustifiée pour Marion Adler, tabacologue à l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart : "Il est important de ne pas se tromper de cible. La vape aide beaucoup de patients, tout en leur fournissant une voie douce pour se départir du tabac. "

Mettre de côté la cigarette électronique, c’est "passer à côté d’une possibilité de soin adapté à la plupart des patients", regrette la tabacologue. "Il faut accompagner le fumeur, plutôt que le priver. Avec une transition et des goûts qu’il connaît et qu’il apprécie, la tentation de revenir à la cigarette est plus faible. "

Près de 60% des vapoteurs sont d’anciens fumeurs

Selon le rapport publié en 2019 par Santé publique France, "plus de la moitié des vapoteurs actuels ou des ex‑vapoteurs déclarent avoir essayé la cigarette électronique dans l’idée d’arrêter de fumer (58,6 %)". La mise à l’écart de la cigarette électronique constitue donc un "non-sens" pour Marion Adler. "La vape ne produit pas de monoxyde de carbone, contrairement au tabac, réduisant ainsi le risque sur la santé. "

Pour la tabacologue, la cigarette électronique est un outil idéal pour le Mois sans tabac, additionnée aux traitements de substitution nicotinique élargi. "On parle ici d’arrêter de fumer, et non pas de commencer à vapoter. Pour d’anciens fumeurs, le vapotage peut définitivement permettre d’arrêter la cigarette. "

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !