CARTE. Quels sont les départements les plus touchés par Omicron ?

Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé que le variant Omicron du Covid-19 serait majoritaire en France entre Noël et Nouvel An. Dans certains départements, le variant dépasserait déjà le tiers des cas journaliers.

Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
CARTE. Quels sont les départements les plus touchés par Omicron ?

Le variant Omicron se propage “à très vive allure” en France. Selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, l’épidémie de Covid-19 pourrait même “repartir en trombe” à partir des fêtes de fin d’année. 

Omicron "se rend progressivement majoritaire dans plusieurs régions de notre pays, notamment en Ile-de-France, à Paris plus particulièrement. Il devrait l'être bientôt au niveau national, probablement entre Noël et Nouvel An", a averti le porte-parole à l'issue du Conseil des ministres le 22 décembre. A Paris, plus de 35% des cas journaliers sont fortement soupçonnés d’être des cas de variant Omicron

Traquer l'absence d'une mutation

Pour savoir quels territoires sont les plus touchés par ce nouveau variant, des experts se basent sur la proportion de tests criblés ne contenant pas la mutation "L452R". Celle-ci est présente dans le variant Delta, mais pas dans l’Omicron. Son absence lors des tests de criblage permet donc de soupçonner la présence du nouveau variant dans l’organisme des personnes infectées au Covid. 

Sur la semaine du 12 au 18 décembre, on comptait ainsi 8.434 cas présentant une forte suspicion de variant Omicron en France, selon les chiffres de Data.gouv.fr 

A lire aussi : Incubation, contagiosité, symptômes : Omicron change-t-il la donne ?

Des données sous-évaluées

Santé publique France recense dans son tableau de bord de l'épidémie le nombre de cas avérés de coronavirus avec le variant Omicron. Près de 1.000 cas ont été officiellement recensés sur une journée, à la date du 21 décembre.
Dix jours plus tôt, ils étaient à peine 200 selon les données corrigées. Et moins de 100 le 9 décembre. Mais l’absence de criblage systématique des variants laisse à penser que ces données officielles sont bien en-dessous de la réalité.  

Gabriel Attal a précisé toutefois qu'une "réévaluation régulière" de la situation sanitaire aurait lieu, notamment lors du Conseil des ministres prévu lundi prochain qui devra adopter l'introduction du pass vaccinal. 

Le porte-parole a réitéré, par ailleurs, l'appel du gouvernement "à la prudence" lancé aux Français pendant les réunions familiales des fêtes de fin d'année. "Il n'y aura pas de trêve des confiseurs dans notre lutte contre l'épidémie", a-t-il promis.