Vertèbre imprimée en 3D : une révolution ?

Vertèbre imprimée en 3D : une révolution ?

Présentée par la presse médicale comme une première mondiale, l'implantation d'une vertèbre sur mesure imprimée en 3D, sur un jeune Chinois âgé de 12 ans, fait l'objet d'une communication sans faille. Si toutefois les spécialistes confirment la nouveauté de cette intervention, elle ne s'avère pas une révolution technologique en matière de chirurgie du rachis. Explications.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

C'est à la suite d'un accident au cours d'un match de football qui lui a valu une blessure au cou que Minghao, un jeune Chinois âgé de 12 ans, a découvert qu'une tumeur cancéreuse était logée au niveau de sa deuxième vertèbre cervicale. Pour éviter sa propagation, des chirurgiens de l'hôpital universitaire de Pékin ont décidé de retirer la vertèbre atteinte puis de la remplacer par une autre conçue sur mesure et imprimée en 3D.

"La fabrication sur mesure d'une vertèbre à l'aide de l'impression en 3D est en effet une nouveauté. Mais, en France, on réalise des implants artificiels sur mesure depuis 30 ans", tempère le Pr Christophe Glorion, chirurgien orthopédique et pédiatre à l'hôpital Necker, à Paris. Habituellement, les spécialistes utilisent du ciment ou des cages à matières synthétiques pour fabriquer ces implants.

Des réserves émises quant à la guérison

Élaboré au millimètre près, l'implant s'adapte parfaitement à la forme de la colonne vertébrale de Minghao, selon les chirurgiens du jeune adolescent. Des arguments qui ne convainquent pas le Pr Glorion. "Dans cet implant grillagé, composé de titane, l'os va réhabiter et on devrait assister à une fusion, la mobilité du cou sera réduite comme habituellement [avec les prothèses classiques - Ndlr]", indique-t-il.

Un autre élément interpelle le spécialiste. Il s'agit de la date de l'opération. L'intervention a été planifiée deux mois après le diagnostic de la tumeur. "Le patient aurait dû avoir un traitement de chimiothérapie immédiatement", explique le Pr Christophe Glorion.

L'impression 3D est une avancée technologique. "Pour le moment, il ne s'agit encore que d'une voie de recherche en matière de chirurgie. Il y aura sûrement des applications intéressantes. On ne guérit pas encore les patients grâce à l'impression 3D", conclut le Pr Glorion.

 

À VOIR AUSSI :