Servier soupçonné d'avoir modifié le rapport du Sénat

Nouveau rebondissement dans l'affaire du Mediator. Servier est soupçonné d'avoir fait modifier un rapport du Sénat afin d'augmenter la responsabilité de l'Agence du médicament, et de minimiser celle du géant pharmaceutique. Entretien avec Irène Frachon, pneumologue et auteur de l'ouvrage "Mediator 150 mg : Combien de morts ?".

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le Figaro publie ce matin, mercredi 14 septembre 2011, des retranscriptions d'écoutes téléphoniques accablantes pour Servier. Ces écoutes ont eu lieu dans le cadre de l'instruction judiciaire lancée contre le laboratoire dans l'affaire du Mediator. Une discussion du 24 juin 2011, entre le numéro deux du groupe, Jean-Philippe Seta, et Claude Griscelli, ancien directeur général de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), serait particulièrement consternante.

Alors que le rapport concernant le Mediator doit être rendu par les sénateurs le 4 juillet 2011, Claude Griscelli appelle Jean-Philippe Seta le soir du 24 juin, à 19h06, afin de lui raconter son rendez-vous avec Marie-Thérèse Hermange, sénatrice UMP chargée de remettre le rapport. Cette dernière avait demandé à Claude Griscelli de passer afin de relire le rapport. L'ex-directeur général de l'Inserm confie alors à Jean-Philippe Seta : "(…) Je me suis fichu des choses nulles qui n'avaient pas d'importance, mais bien sûr j'ai regardé des phrases-clés qui concernaient la responsabilité de Servier (...). Et donc j'ai fait changer pas mal de choses."

Claude Griscelli ajoute : "j'ai par contre accentué beaucoup les reproches que l'on peut faire à l'Afssaps". Tout en minimisant la responsabilité du laboratoire, Claude Griscelli aurait tenter de convaincre la sénatrice que l'étude évaluant à au moins 500 le nombre de décès liés au médicament "n'était pas scientifiquement valable".

Marie-Thérèse Hermange se défend de toute modification, tout en reconnaissant avoir eu "une discussion avec lui" ce soir-là : "le rapport était bouclé" et "aucun élément n'en a été modifié à la demande de M. Griscelli".

Interrogée sur RTL sur la question de savoir si Servier avait fait corriger un rapport du Sénat sur le Mediator, en référence aux informations du journal Le Figaro, le directrice générale des affaires extérieures de Servier, Lucy Vincent, a répondu : "non".

Claude Griscelli lui-même est revenu sur ses propos dans une interview publié dans le Point, où il minimise son rôle dans la rédaction du rapport : il se justifie d'avoir "appelé (Jean-Philippe Seta) pour lui remonter au mieux le moral. En lui disant le plus de choses possible qui puissent l'amener à trouver des raisons de s'accrocher".

Interrogé par la rédaction de Bonjour-docteur.com, le président de la mission sénatoriale sur le Mediator, François Autain, s'est déclaré "choqué par cette perspective de collusion" entre le rapporteur du rapport et les laboratoires Servier. Il espère que sa collègue Marie-Thérèse Hermange a respecté les règles, et qu'elle n'était pas au courant des relations d'amitié entre Claude Griscelli et Jean-Philippe Seta. 

François Autain confirme qu'aucune modification importante n'a eu lieu dans ce rapport, et qu'il ne s'agit que de corrections minimes. Si ça n'avait pas été le cas, il aurait "refusé de le voter".

Selon Marianne.fr, la sénatrice aurait quelques liens avec le laboratoire : elle est une élue du Loiret, département où est implanté le siège d’origine de Servier, et elle aurait aussi pris part à l’inauguration d’une usine du groupe au Brésil il y a quelques temps. 

Le président du Sénat ,Gérard Larcher, a demandé une enquête au secrétaire général du Sénat, Alain Delcamp, afin de "vérifier" que les procédures ont été "respectées" concernant ce rapport.

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Dans les médias :