Pharmaciens : payés au conseil

C'est désormais chose acquise pour les pharmaciens d'officine : ils seront rétribués pour les conseils dispensés ou le suivi de certains patients. Cette décision fait suite à des négociations entre l'Assurance maladie, les syndicats et les complémentaires santé. La signature officielle de la convention devrait intervenir dans les jours qui viennent.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Pharmaciens : payés au conseil

Alors que l'UFC-Que Choisir vient de publier une enquête qui pointe du doigt les graves manquements des pharmaciens en matière de conseils, les officinaux viennent d'obtenir ce qu'ils réclamaient depuis longtemps : être payés pour dispenser ces conseils, qu'ils considèrent comme leur "cœur de métier".

Des conseils rétribués

La nouvelle convention qui vient d'être négociée prévoit des "honoraires de dispensation" pour les conseils du pharmacien sur la posologie, les modalités de conservation du médicament, la durée du traitement ou encore les effets indésirables et les interactions. Un mode de rémunération qui s'ajoutera à celui basé sur le prix et le volume des médicaments vendus.

Ces honoraires s'appliqueraient par exemple dans le cadre de la prévention sur la pilule du lendemain ou les traitements substitutifs à la drogue.

Mieux, les pharmaciens assureront aussi des entretiens pharmaceutiques, d'abord pour les patients sous anticoagulants, puis pour les patients asthmatiques, si ceux-ci choisissent d'y adhérer, dans le cadre d'un protocole avec le médecin de leur choix. Les premiers entretiens devraient commencer le 1er janvier 2013 pour les anticoagulants, et le 1er juillet 2013 pour l'asthme.

Gilles Bonnefond, secrétaire général de l'USPO (Union des syndicats des pharmaciens d'officine) a exprimé sa satisfaction auprès de l'AFP en évoquant un "vrai changement du métier de pharmacien". Les pharmaciens espèrent en effet asseoir leur image de professionnels de santé par le biais des nouvelles missions qui leur sont octroyées.

Et avec quel argent ?

En ce qui concerne les honoraires de dispensation, le mode de financement et les modalités devraient être précisées d'ici fin 2012. L'objectif est qu'un quart de la rémunération des pharmaciens soit constitué de ces honoraires d'ici cinq ans (12,5 % dès 2013).

Selon Gilles Bonnefond, étant donné la faible marge de manœuvre de la Sécurité sociale, le financement de toutes ces mesures se fera à enveloppe constante grâce à des économies obtenues par la vente de médicaments génériques.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :