Prématurité légère : des risques avérés\t
Prématurité légère : des risques avérés

Même au neuvième mois, la prématurité comporte des risques

Une prématurité légère aurait aussi un impact sur la santé de l'enfant, selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Pour les très grands prématurés, chaque jour est un combat pour survivre. Mais selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH n°34-35 - InVS), les enfants nés dans le neuvième mois de grossesse, entre la 35e et 38e semaine d'aménorrhée, peuvent aussi souffrir d'une grande fragilité.

L'étude souligne en effet un risque plus important d'hospitalisation dans la première année de vie pour des bronchiolites, des problèmes digestifs ou ORL.

Les enfants concernés par la prématurité légère doivent donc bénéficier d'un suivi pédiatrique renforcé.

VOIR AUSSI :