Euthanasie : un témoignage posthume en tête des ventes

Euthanasie : un témoignage posthume en tête des ventes

Atteinte d'un cancer du poumon incurable, Marie Deroubaix a choisi de "finir ses jours dignement" en Belgique. Elle le raconte dans un livre, publié après sa mort, qui figure en tête des ventes en France depuis sa sortie début mars 2012.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
6 mois à vivre, de Marie Deroubaix
6 mois à vivre, de Marie Deroubaix

C'est un plaidoyer bouleversant en faveur de l'euthanasie. Dans 6 mois à vivre, livre publié à titre posthume, Marie Deroubaix raconte son combat pour l'euthanasie et contre l'acharnement thérapeutique afin qu'un jour une loi, en France, permette aux gens qui se trouvent dans son cas de choisir leur mort, explique son éditeur. Marie Deroubaix est une ancienne styliste devenue journaliste et écrivain.

94 % des Français

Cette légalisation de l'euthanasie dite "active", proposée par le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande, mais repoussée par Nicolas Sarkozy, est approuvée par 94 % des Français (sondage Ifop, août 2011) pour des malades incurables qui en feraient explicitement la demande.

"Mourir sans souffrir est bien l'espérance des Français", écrit Marie Deroubaix.

La loi française permet, dans le cadre de la législation sur la fin de vie encadrée par la loi Léonetti de 2005, l'euthanasie dite "passive" (arrêt des traitements et administration d'antalgiques à des doses susceptibles d'être mortelles) des malades incurables. Mais tout geste qui provoquerait directement la mort du patient reste un crime passible des Assises.

Le mari de l'auteure, Bertrand Deroubaix, apporte également dans le livre son regard "d'accompagnant" et relaie les reproches de son épouse vis-à-vis des manquements et de l'opacité du corps médical français, notamment dans un dernier chapitre écrit après la disparition de sa femme.

Numéro 1 des ventes

Depuis plusieurs jours, l'ouvrage de Marie Deroubaix est numéro un des ventes tous livres confondus sur Amazon, "démontrant l'intérêt des Français" pour ce débat de société, souligne l'éditeur.

Dans son témoignage, elle explique ses souffrances insoutenables, sa tristesse de ne pas voir grandir ses petits-enfants, la dureté de certains médecins et comment elle a dû préparer sa mort en Belgique "en douce".

L'Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), qui réunit plus de 48 000 adhérents, lance une campagne visant à interpeller les candidats à la présidentielle en les mettant en scène sur des lits d'hôpitaux et organise une manifestation à Paris le 24 mars 2012, place de la République, à Paris.

Le livre

  • 6 mois à vivre
    "J'ai choisi de mourir dignement"
    Marie Deroubaix
    Avant propos : Bertrand Deroubaix
    Ed. Le Cherche-midi, mars 2012

En savoir plus