Cirrhose éthylique : quel suivi avant et après la transplantation ?

Les personnes transplantées dans le cadre d'une cirrhose éthylique sont-elles suivies pour éviter une rechute ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Pr. Didier Samuel, hépatologue à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif :

"Une abstinence est demandée avant toute transplantation pour plusieurs raisons. Tout d'abord, cela permet de voir l'engagement du patient vis-à-vis du programme thérapeutique. Si on transplante un patient qui va se remettre à boire, l'opération n'a pas d'intérêt. L'abstinence est aussi préconisée car dans certains cas, la fonction du foie s'améliore.

"Quand un patient arrête de boire, il garde la cirrhose mais la greffe n'est plus nécessaire. Du coup on économise les greffons. Pour quelques exceptions notamment pour les patients dans des situations gravissimes, on a des approches addictologiques. C'est-à-dire que l'on demande également l'avis d'un addictologue qui nous aide pour discuter avec le patient, sa famille, et pour vérifier s'il est prêt à s'engager dans le programme…

"Un suivi après la transplantation est aussi prévu, mais il est difficile à organiser. Et une grosse participation du patient est nécessaire pour continuer à rester dans le programme de non reprise de l'alcool."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

* Les réponses avec le Pr. Didier Samuel, hépatologue à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif