Une campagne pour dénoncer l'influence de l'industrie du tabac

Chaque année, le Comité national contre le tabagisme (CNCT) fait réaliser un court-métrage afin de sensibiliser le public sur les stratégies multiples déployées par les industriels de la cigarette pour continuer à promouvoir leurs produits.

Rédigé le

Une campagne pour dénoncer l'influence de l'industrie du tabac
Photo extraite du film ''Le complot'' (2013), réalisé par Frédéric Gorny pour le Comité national contre le tabagisme

Le spot publicitaire proposé cette année par la CNCT parodie les thrillers d'espionnage et de conspiration. Il narre l'histoire d'un homme qui, un instant après avoir pris la décision d'arrêter la cigarette, est détecté par un réseau de détection satellite. Des agents secrets mandatés par l'industrie du tabac vont multiplier autour de lui les sollicitations "sociales" associées à la cigarette, pour le forcer à revenir sur sa décision.

Les rituels quotidiens associés à la consommation du tabac (au premier rang desquelles la "pause clope", institutionnalisée dans de nombreux milieux professionnels) ne sont pourtant pas la cible de cette campagne. Celle-ci, en effet, s'inscrit dans un projet de dénonciation des stratégies commerciales et de lobbying des cigarettiers.

"Alors mêmes que 60% des fumeurs voudraient arrêter de fumer (1) [...] moins de 5% des fumeurs réussissent à mettre fin au tabac sans aucune aide extérieure au bout d'un an", explique le CNCT dans un communiqué. "L'un des facteurs clés réside dans les pratiques des fabricants de tabac qui contribuent à maintenir une « norme tabagique » et à rendre difficile l'arrêt du tabagisme. Ces pratiques conduisent chaque jour à recruter de nouveaux jeunes fumeurs, les garder le plus longtemps possible, puis les dissuader de toutes tentatives d’arrêt pour préserver les profits des cigarettiers."

Des arômes attractifs plutôt que des satellites espions

Les stratégies nommément dénoncées par le CNCT sont nombreuses : introduction d'arômes attractifs, minimisation de l'ampleur des dégâts et des coûts pour les fumeurs et pour la société... "A ceci s'ajoutent toutes les pratiques de lobbying et de blanchiment moral destinées à contrer les mesures permettant de réduire la consommation de tabac", poursuit le Comité.

Au spectateur de juger si le cru 2013 de la campagne du CNCT (dont les archives contiennent quelques bijoux d'ironie) parvient à transmettre efficacement ce message.

Le spot est en effet assez ambigu, dans sa dénonciation conjointe des pressions sociales et des cigarettiers. Le parti pris scénaristique de la parodie de films d'espionnage technologique, avec ses agents prêts à bondir, est également risqué. Les stratégies commerciales et les luttes d'influences de l'industrie du tabac sont en effet plus subtiles que cette saynète hollywoodienne le laisse entendre.

Lutte contre les campagnes anti-tabac

Car si les dangers de la cigarette sur la santé des fumeurs ne peuvent plus être contestés par l'industrie, ses moyens d'influer sur l'information du consommateur restent nombreux...

Ainsi, alors que de plus en plus de pays tentent d'imposer des avertissements choc sur les paquets de cigarettes pour dissuader les fumeurs, ces politiques sont systématiquement combattues par les cigarettiers.

Le dernier exemple en date remonte à cet été : en Thaïlande, la société Philip Morris et l'Association thaïlandaise du commerce du tabac (TTTA) ont attaqué en justice le gouvernement, qui souhaitait imposer des avertissements anti-tabac occupant 85% de la surface des paquets de cigarettes (contre 50% actuellement). Le 26 août, le tribunal administratif de Bangkok a repoussé sine die le projet "sur la base des témoignages de spécialistes de l'imprimerie, [concluant] que le système d'imprimerie aurait des difficultés [à assurer ce changement de format].

Aux Etats-Unis, en août 2011, quatre fabricants de tabac ont déposé une plainte contre l'Agence américaine de sécurité des aliments et des médicaments (FDA), estimant "inconstitutionnelle" l'obligation de faire figurer sur les paquets de cigarettes des mises en garde contre les méfaits du tabagisme. Fin décembre 2010, la société Philip Morris USA, avait obtenu par voie judiciaire l'annulation de mesures prises par la ville de New York pour imposer aux détaillants d'exposer des avertissements sur les dangers du tabac.

Publicité détournée

En juillet 2010, la filiale française de British American Tobacco (BAT France) avait lancé une campagne pour alerter les fumeurs des dangers du tabac contrefait ou de contrebande. Une affiche portant le slogan "Et vous, où achetez-vous vos cigarettes ?" avait été distribuée dans 28.000 bureaux de tabac. La justice a statué le 5 octobre 2012 que BAT France avait mis en œuvre une "publicité illicite en faveur du tabac".

En France, toute publicité pour le tabac, directe ou indirecte, est interdite. Si les affiches à l'intérieur des bureaux de tabac restent autorisées, un quart de l'affichage doit comporter le message "Faites-vous aider pour arrêter de fumer, téléphonez au 0825-309-310". Ce n'était pas le cas pour les affiches de la campagne, sur lesquelles figuraient en outre le nom et le sigle de BAT France.

Il ne s'agit là que de quelques exemples des stratégies mises en œuvre par les cigarettiers pour conserver ses anciens clients et fidéliser de nouveaux consommateurs. Reste à savoir si le récit de satellites espions et d'hommes en noir proposé cette année par le CNCT - qui sera diffusé à la télévision du 19 décembre 2013 jusqu'à fin janvier 2014 - parviendra à sensibiliser le grand public sur l'influence réelle des lobbies du tabac, à l'échelle nationale et internationale.

---

(1) Baromètre Inpes 2010.

Sponsorisé par Ligatus