Trois verres d'alcool par jour accélèrent le déclin cognitif chez les hommes

Les hommes buvant plus de 36 grammes (3.5 verres) d'alcool par jour présenteraient un déclin accéléré de leur mémoire, se traduisant notamment par une diminution de leurs capacités d'attention et de raisonnement, d'après une étude épidémiologique conduite par des chercheurs franco-anglais. Ces travaux ont été publiés, le 15 janvier 2014, dans le journal Neurology.

Rédigé le

Une forte consommation d’alcool en milieu de vie pourrait entraîner un déclin cognitif plus rapide au cours de la vieillesse.

Les chercheurs ont ici étudié les capacités de mémorisation, d’attention et de raisonnement (voir encadré) de 5054 hommes et 2099 femmes, à l’occasion de trois tests réalisés à cinq ans d'intervalle.

Le test de mémoire consistait à se rappeler en une minute du plus de mots possible parmi la liste des 20 mots qui étaient énoncés juste auparavant.

Les fonctions exécutives (capacités d'attention et de raisonnement) étaient évaluées à partir de 3 tests : un test de raisonnement logique constitué de 65 questions et de 2 tests de fluence verbale durant lesquels les participants devaient écrire respectivement le plus de mots commençant par S et de mots d’animaux, en une minute.

La plupart des études sur l'association de la consommation d'alcool avec la mémoire et les fonctions exécutives ont été menées chez des personnes âgées.

L’âge moyen des participants, au début de l’expérience, était de 56 ans.

Chez les hommes, aucune différence significative dans le déclin de la mémoire et des fonctions exécutives n’a été observée entre ceux qui ne buvaient pas, les anciens buveurs, et les buveurs légers à modérés (c’est-à-dire ceux buvant moins de 20 grammes, ou moins de 2 verres d’alcool, par jour).

En revanche, un déclin de la mémoire et des fonctions exécutives plus rapide chez les gros buveurs par rapport aux autres groupes.

Comparée aux buveurs modérés, cette différence serait comprise entre 1.5 et 6 années  de déclin cognitif supplémentaires. "Par exemple, un gros buveur de 55 ans aurait un déclin de mémoire comparable à celui d’une personne de 61 ans", illustrent les auteurs de l’étude.

Dans cette étude, il n’a pas été possible d’étudier de fortes consommations d’alcool chez les femmes, trop peu d’entre elles consommant des quantités comparables aux hommes. Toutefois, un déclin plus rapide des fonctions exécutives semble tout aussi probable chez les femmes qui buvaient plus de 2 verres d’alcool.

Une forte consommation d’alcool semble avoir un effet délétère à court et long termes sur le cerveau via des effets neurotoxiques et inflammatoires. Des effets indirects (via les maladies cérébro-vasculaires et la déficience en vitamines) pourraient également être impliqués.

Source : Alcohol Consumption and Cognitive Decline in Early Old Age. S. Sabia, A. Singh-Manoux, et coll. Neurology 15 janv. 2014