Sept organes greffés à une enfant

Il y a quatre ans, en 2010, à l'Hôpital Necker-Enfants malades de Paris, dans la plus grande discrétion, une enfant a bénéficié d'une greffe de sept organes, de l'estomac au côlon, en passant par les reins. Explications avec le Pr Christophe Chardot, l'un des trois chirurgiens qui ont réalisé cette greffe multiviscérale.

Rédigé le

Sept organes greffés à une enfant

C'est une opération incroyable, l'opération de la dernière chance. En 2010, Erika, une jeune Allemande âgée de 5 ans à ce moment-là, reçoit le foie, les deux reins, l'estomac, l'intestin grêle, le côlon droit et enfin le duodéno-pancréas d'un même donneur.

Depuis sa naissance, Erika vit avec la maladie de Hirschsprung, l'une des plus fréquentes malformations du tube digestif, une maladie qui empêche la partie terminale de l'intestin de bien fonctionner. Dans son cas, c'est toute la zone de l'estomac au rectum qui ne fonctionne pas. Les nerfs de la paroi digestive étant malformés, le tube digestif ne peut se contracter normalement pour assurer la progression des aliments. Résultat : le transit intestinal ne se fait pas, la jeune fille ne peut s'alimenter normalement et tous les autres organes sont touchés. La seule solution est la greffe.

Douze heures d'intervention

A l'Hôpital Necker, trois chirurgiens se préparent à cette greffe multiviscérale au bloc opératoire. Le Pr Sabine Irtan, le Pr Yves Aigrain et le Pr Christophe Chardot vont travailler pendant douze heures. "On a retiré tous les organes malades en bloc que l'on a remplacés avec le greffon en bloc", raconte le Pr Christophe Chardot. "L'impression est étrange car l'abdomen est complètement déshabité, c'est une situation qu'on ne rencontre pas très souvent en chirurgie". Après l'intervention, la petite fille est prise en charge par une équipe de réanimation. Il faudra attendre plusieurs semaines de soins complexes, impliquant l'hépatologie, l'immunologie la radiologie pour qu'elle puisse rentrer à la maison.

Cette greffe de plusieurs organes n'est pas une première mondiale, mais c'est l'aboutissement de la greffe intestinale qui a débuté il y a quelques années par l'intestin seul puis par l'intestin et le foie jusqu'à arriver dans le cas d'Erika, à l'ensemble des organes digestifs. L'autre difficulté était de trouver un greffon de taille adaptée à l'enfant, cela peut prendre plusieurs mois voire plusieurs années.

Une vie presque normale

Aujourd'hui, la petite fille âgée de 8 ans et demi va bien. Elle a retrouvé une vie presque normale, elle va à l'école, et n'a plus de cathéter. Grâce à son nouvel intestin, elle est guérie de la maladie de Hirschprung.

Erika mange presque normalement, la nuit seulement elle reçoit un complément d'alimentation grâce à une gastrostomie, un petit bouton qui va directement dans l'estomac. Néanmoins, explique le Pr Chardot, "cette petite fille aura un traitement antirejet à vie, mais aussi une surveillance très étroite pour vérifier que ses organes ne présentent pas de rejet et qu'elle ne développe pas de complications du traitement immunosuppresseur en particulier des infections ou des tumeurs".

VOIR AUSSI

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus