Médicaments génériques : tests et bénéfices ?

Un médicament générique n'est jamais testé sur de vrais patients, dit-on. Est-ce vrai ? Est-il vrai que les pharmacies font un plus gros bénéfice avec les génériques ?

Rédigé le , mis à jour le

Médicaments génériques : tests et bénéfices ?

Les réponses avec le Pr. Jean-François Bergmann, médecin interniste à l'hôpital Lariboisière (Paris), et avec Jean-Luc Audhoui, pharmacien :

"Le médicament générique n'a pas à faire ses preuves. C'est le même que le médicament princeps. Il a déjà 15-20 ans d'expérience sur le terrain, ce qui est nettement plus intéressant qu'un médicament qui arrive et qui a été testé sur 2 000 ou 3 000 personnes. Le générique est une copie conforme du princeps.

"La marge sur le médicament générique et sur le médicament princeps est exactement la même. Pour le pharmacien, la remise est supérieure pour le médicament générique. Cela correspond à tout le travail effectué au stockage. La remise se fait lorsque vous achetez en quantité plus importante. Le grossiste ou le laboratoire fait un prix au pharmacien. Le médicament générique ne s'achète pas de la même façon que le médicament princeps. Le médicament princeps a un approvisionnement qui se fait au jour le jour. Alors que pour le médicament générique lorsque l'on travaille avec un laboratoire, on a des stocks. On fait donc une plus grande marge sur le médicament générique. Mais celui qui fait la plus grande marge sur le générique, ce n'est pas le pharmacien mais l'assurance maladie : 1,4 milliard d'euros en 2010. Lorsque l'on regarde tous les produits qui vont être génériqués en 2012, on peut rajouter 400 millions d'euros en plus."

"Le générique a démarré en France lorsqu'est apparu l'intérêt pour le pharmacien de faire la substitution. Le médecin n'est pas intéressé directement. Quand le médecin met un nom princeps, il ne sait pas si le pharmacien va donner le princeps ou le générique. En revanche il sait qu'il va avoir des ennuis si le patient n'est pas satisfait. Le médecin a effectivement une motivation civique pharmacologique car il sait que c'est la même chose mais il n'a pas de raison, ni d'incitation à prescrire un générique plutôt qu'un princeps. L'éducation et la conviction font que le générique passe bien."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • Les médicaments génériques peuvent-ils être risqués pour les personnes fragiles (enfants, personnes âgées) ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Mes pharmaciens s'étant souvent trompés lors du remplacement par un générique, je refuse ce qui n'est pas prescrit !
    Peut-on refuser un médicament générique ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Aujourd'hui, il se dit que les génériques sont fabriqués en Chine. Si c'est vrai, sont-ils fiables ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • Pourquoi les deux médicaments continuent-ils à exister : l'original et le générique ? Je ne comprends pas.
    Voir la réponse en vidéo*
  • Que pensez-vous du conditionnement des génériques se ressemblant souvent et pouvant générer des intoxications par erreur ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Pr. Jean-François Bergmann, médecin interniste à l'hôpital Lariboisière (Paris), et avec Jean-Luc Audhoui, pharmacien