Les films français sont de gros fumeurs !

A l'occasion de la Journée mondiale sans tabac le 31 mai 2012, La Ligue contre le cancer publie les chiffres d'une enquête "Tabac et Cinéma", réalisée avec l'institut Ipsos. Après le visionnage de 180 films français à succès sortis depuis 2005, La Ligue dénonce la valorisation du tabagisme dans les longs métrages.

Rédigé le

Les films français sont de gros fumeurs !
Les films français sont de gros fumeurs !

Sur les 180 films concernés par l'étude, 80 % présentent des mises en scène incluant un personnage qui fume ou encore un objet invoquant le tabagisme (briquet, cendrier, paquet de cigarettes).

En moyenne, ces situations représentent 2,4 minutes, "2,4 minutes d’exposition au tabac correspondent à l’équivalent de 5 publicités commerciales habituellement projetées à la télévision ou au cinéma", rappelle le Pr. Jacqueline Godet, présidente de La Ligue contre le cancer. De cette façon, les industriels du tabac contournent la loi Evin qui leur interdit de faire de la publicité, mais bénéficient tout de même d'une forte promotion auprès du public.

En tête du box office de cette étude, on retrouve Cliente de Josiane Balasko, qui permet à une marque de cigarette d'être présente à l'écran dans la majorité de ses scènes. La Ligue a d'ailleurs engagé des poursuites judiciaires contre les producteurs et les distributeurs de ce film sorti en octobre 2008. Cliente est suivi de près par Gainsbourg, une vie héroïque, réalisé par Johann Sfar et Incontrôlable de Raffy Shart, qui permettent tout deux une dizaine d'apparition de marques de tabac.

Chiffres à l'appui, l'association interpelle le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) pour inverser la tendance, et demande la valorisation d'œuvres artistiques sans tabac pour protéger les spectateurs les plus jeunes.

La Ligue contre le cancer souhaite sensibiliser l'opinion publique et les candidats aux élections législatives avec une pétition, demandant la mise en place d'un prélèvement solidaire sur le principe Tueurs-Payeurs. Les industriels du tabac seraient alors amenés à payer pour toutes diffusions d'images impliquant le tabagisme au cinéma ou ailleurs.

En savoir plus