Le moustique tigre poursuit sa progression en métropole

Faut-il craindre une épidémie tropicale dans le Sud de la France ? Le moustique tigre, vecteur de la dengue et du chikungunya, progresse d’est en ouest, il vient d’être repéré en Languedoc-Roussillon.

Rédigé le , mis à jour le

Le moustique tigre poursuit sa progression en métropole
Le moustique tigre poursuit sa progression en métropole

L’Aedes albopticus, plus communément connu sous le nom de moustique tigre, vient de franchir le Rhône. Selon les observations de l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication (EID), de nombreux spécimens ont élu domicile dans le Gard et l’Hérault.

Implanté depuis de nombreuses années dans les départements français d’Outre-mer, ce moustique s’est installé en métropole depuis 2004, tout d’abord dans les Alpes-Maritimes, puis en Corse, dans le Var et enfin dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Bouches-du-Rhône l’année dernière. Et depuis cet été, la colonisation de l’insecte poursuit sa progression en empruntant un chemin bien particulier : "Sa marche en avant suit globalement le tracé autoroutier. Le moustique se glisse dans l’habitacle d’une voiture et le quitte un peu plus loin pour coloniser les alentours. Nous avons de nombreux foyers de peuplement dans le sillage immédiat de l’autoroute A9", explique Christophe Lagneaux, directeur de recherches de l’EID, dans Le Parisien.

Contrairement aux moustiques traditionnels, cette espèce exotique ne prolifère pas à proximité des zones marécageuses, mais plutôt en ville, autour des habitations. Et au-delà de la nuisance quotidienne pour les riverains, le moustique-tigre est capable, à partir d’un individu infecté, de transmettre des maladies tropicales comme la dengue et le chikungunya.

Eau stagnante

Cependant, le risque semble encore limité : au total, l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) n’a recensé que deux cas de dengue et deux cas de chikungunya non-importés depuis l’apparition du moustique-tigre en métropole.

Pour faire reculer l’envahisseur, il est recommandé aux habitants des régions concernées de vider tous les récipients pouvant contenir de l’eau stagnante (coupelles de plantes, arrosoirs…). 80 % des gîtes larvaires de moustiques tigres se trouvent dans les jardins ou sur les terrasses de particulier.

Les symptômes du chikungunya et de la dengue sont assez semblables : il s’agit d’une fièvre supérieure à 38°C, de douleurs articulaires, de maux de tête, mais également des courbatures.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :