La stimulation intellectuelle pour freiner le déclin cognitif

Des exercices de stimulation cognitive améliorent dix ans plus tard, les capacités de raisonnement et la rapidité d'exécution des tâches chez les seniors, d'après une étude américaine. Une découverte qui permettrait de freiner le déclin cognitif de certaines personnes âgées et de maintenir l'autonomie.

Rédigé le

La stimulation intellectuelle pour freiner le déclin cognitif
La stimulation intellectuelle pour freiner le déclin cognitif

Un espoir pour éviter le déclin cognitif

L'équipe du Dr George Rebok de l'université Johns Hopkins de Baltimore a évalué l'intérêt de sessions d'entraînement cérébral chez les personnes âgées et leurs répercussions dix ans plus tard.

Alors que le déclin cognitif chez les personnes âgées est très répandu, les chercheurs ont étudié les bénéfices potentiels d'un entraînement intellectuel dans le but de freiner les troubles cognitifs et de favoriser leur autonomie.

Pour ce faire, ils ont comparé des seniors stimulés intellectuellement avec d'autres participants du même âge non stimulés. Les participants stimulés ont bénéficié de dix sessions d'entraînement cognitif pendant 5 à 6 semaines, d'une durée de 60 à 75 minutes.

2.832 participants suivis pendant 10 ans

L'étude s'est déroulée sur 2.832 participants âgés en moyenne de 73,6 ans. Ils ont été répartis en quatre groupes : un groupe contrôle qui n'a bénéficié d'aucune stimulation cognitive, un groupe "stimulation de la mémoire", un "groupe de raisonnement" et un groupe "rapidité d'exécution".

Le groupe "stimulation de la mémoire" a suivi des sessions d'exercices pour apprendre des stratégies de mémorisation de listes de mots, de textes et de détails de récits.

Des techniques d'apprentissage pour résoudre facilement des problèmes ont été inculquées au "groupe de raisonnement", utiles pour des actes de la vie quotidienne comme lire un plan de bus ou remplir des formulaires.

Les participants du groupe "rapidité d'exécution" ont suivi un programme informatique pour intégrer rapidement des informations visuelles, développant chez eux des compétences utiles pour rechercher des numéros de téléphone, mais aussi pour avoir plus de réflexes en conduisant.

Amélioration cognitive 10 ans plus tard pour les personnes stimulés

Les résultats publiés aujourd'hui dans le Journal of the American Geriatrics Society montrent que dix ans plus tard, une majorité des seniors ayant bénéficié de stimulations intellectuelles avaient moins de difficultés dans les actes de la vie quotidienne (comme prendre des médicaments, cuisiner ou gérer leurs finances) comparé au groupe contrôle.

Par ailleurs, les participants du "groupe de raisonnement" et du groupe "rapidité d'exécution" présentaient une amélioration significative à 10 ans, dans la capacité de raisonnement par rapport au groupe témoin. Enfin, l'équipe du Dr Rebok a démontré que les seniors ayant suivi des sessions supplémentaires d'entraînement avaient un gain d'amélioration intellectuelle pour le "groupe de raisonnement" et le groupe "rapidité d'exécution".

"Cette étude a permis de mettre en évidence l'intérêt de la stimulation cognitive avec des effets bénéfiques dix ans après les exercices de stimulation. Ce résultat impressionnant suggère qu'un modeste entraînement cérébral pourrait avoir des effets à long terme sur les fonctions cognitives primordiales pour exécuter les tâches de la vie quotidienne, retarder le déclin cognitif et maintenir l'autonomie des personnes âgées", explique le Dr Rebok.

Source : Brief Mental Training Sessions Have Long-lasting Benefits for Seniors' Cognition And Everyday Function. Dr George Rebok. The Journal of the American Geriatrics Society. 13 janvier 2014.

 

Sponsorisé par Ligatus