Hôpital : un urgentiste se suicide

Un jeune interne s’est suicidé, mardi 5 juillet 2011, à son domicile, après une garde de nuit aux Urgences de Rouen. L'association des médecins urgentistes de France, présidée par Patrick Pelloux, a été reçue, mercredi 6 juillet 2011, au ministère de la Santé, pour évoquer le rythme de travail et l'épuisement professionnel au sein des hôpitaux.

Rédigé le

Hôpital : un urgentiste se suicide

L'Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) avait réclamé "de toute urgence un rendez-vous" avec Xavier Bertrand, "pour travailler et trouver des solutions pour éviter, autant qu'on le puisse, les suicides parmi les personnels hospitaliers".

Le syndicat, qui avait déjà alerté sur les conditions de travail après le suicide d'un autre médecin urgentiste à Montpellier, estime que "rien n'a été fait depuis". "La situation est grave face à la multiplication de situations difficiles et de drames, en particulier pour les praticiens assurant la permanence des soins", avertit le syndicat, évoquant "épuisement professionnel, dépressions avec passages à l'acte, accidents de trajet liés notamment à la fatigue...", touchant les médecins, ainsi que les infirmiers et aides soignants.

"C'est l'ensemble des personnels des hôpitaux qui souffre", prévient l'AMUF.