Football : peut-on jeûner sur l'herbe ?

Si pour certains joueurs de football de confession musulmane encore en compétition dans le Mondial brésilien préfèrent reporter le jeûne du mois du Ramadan, d'autres souhaitent l'observer malgré les contraintes. Quels risques encourent-ils ?

Rédigé le , mis à jour le

Football : peut-on jeûner sur l'herbe ?
Football : peut-on jeûner sur l'herbe ?

Accomplir le jeûne durant le mois du Ramadan est l'un des cinq piliers de la religion musulmane. Pendant cette période qui débute ce week-end, les musulmans auront l'interdiction de boire et de manger entre le lever et le coucher du soleil. Toutefois, dans certains cas, des aménagements restent possibles. En tant que "voyageurs", les musulmans bénéficient du droit de reporter le mois de Ramadan à une période ultérieure, tout comme les femmes enceintes ou les malades. Une solution adoptée par certains joueurs de football concernés par ce jeûne annuel.

Le risque de déshydratation

Au Brésil, cependant, quelques-uns devraient observer au jour près le calendrier du jeûne, à l'image des joueurs de l'équipe d'Algérie qui ont quasiment tous prévu de le faire après leur qualification contre le Russie, jeudi 26 juin 2014, pour les huitièmes de finale. Avec les dangers inhérents toutefois.

"En ne consommant pas d'eau, les joueurs peuvent souffrir de déshydratation", explique le Dr Gérald Kierzek, urgentiste. En effet, "au cours d'un match et selon le climat, un joueur peut perdre entre 700 ml et quatre litres d'eau", précise le Dr Stéphane Cascua, médecin du sport. Un risque qui n'est pas sans conséquences. Selon le médecin du sport, le joueur perd alors jusqu'à 10% de sa force musculaire et de son endurance. Le spécialiste ajoute que "la déshydratation favorise également les blessures en altérant les tissus mous".

Par ailleurs, "les joueurs peuvent faire une hyperthermie maligne d'effort", indique le Dr Kierzek. Il s'agit d'une pathologie, également appelée le coup de chaleur d'exercice, qui survient à la suite d'une activité intense et prolongée. Elle se manifeste par une hausse de la température du corps.

Le manque de sommeil peut affaiblir les joueurs

Quant au niveau de nutrition, "il n'entraîne pas de risque particulier", selon l'urgentiste. Le corps stocke les glucides et les lipides contenus dans la nourriture. Lorsque le corps en ressent le besoin, il puise dans les réserves. Il conseille tout de même une consommation plus importante de féculents (riz, pâtes…) au moment de la rupture du jeûne.

Le manque de sommeil alerte en revanche le Dr Gérald Kierzek. "Si le joueur ne dort pas assez, son métabolisme ne pourra pas récupérer la totalité de ses forces et entraînera une baisse de performance". C'est pour limiter cette baisse d'efficacité que "nous leur conseillons en outre d'allonger la durée de leur sieste pendant l'après-midi, afin de récupérer une partie de leur temps de sommeil", ajoute le Dr Hakim Chalabi, médecin du sport spécialisé sur la question du jeûne chez les footballeurs.

VOIR AUSSI :