Cultiver les bourrelets rallonge l'espérance de vie ?

Si une forte obésité accroît nettement le risque de mortalité, des personnes en surpoids et légèrement obèses vivraient en revanche plus longtemps que celles d'un poids normal. Ce résultat pour le moins inattendu repose sur l'analyse de 97 études, menées sur trois millions de personnes dans le monde.

Rédigé le

Cultiver les bourrelets rallonge l'espérance de vie ?
Cultiver les bourrelets rallonge l'espérance de vie ?

Un léger surpoids serait bénéfique pour la santé. S'il n'y a pas de facteurs de risques, il n'est en tous cas pas mauvais. C'est la conclusion étonnante d'une vaste étude coordonnée par le Dr Katherine Flegal, et publiée dans le très sérieux Journal of the Medical American Association (JAMA), mardi 1e janvier 2013.

L'IMC est un calcul utilisé pour mesurer la corpulence des individus. On l'obtient en divisant le poids (en kilogrammes) par la taille (en centimètres ) au carré. Si le chiffre obtenu se situe entre 18,5 et 25, la corpulence est normale. Si le chiffre se situe au-dessus, on est en surpoids. S'il est au dessous, on est considéré comme maigre.

>> Calculez votre IMC <<

S'appuyant sur l'Indice de Masse Corporel (IMC), les chercheurs ont déterminé que les personnes en surpoids, avec un IMC de 25 à 30, ont un indice de mortalité 6% moindre que ceux pesant un poids normal, avec un IMC compris entre 18,5 et 25. Quant aux obèses modérés, dont l'IMC se situe entre 30 à 35, le risque de mortalité reste 5% plus bas par rapport aux personnes de poids normal.

Pour expliquer le lien entre un surpoids et une plus grande longévité, les chercheurs avancent plusieurs hypothèses. Tout d'abord, un plus grand stockage de protéines, de glucides et de lipides dans l'organisme permet de "fournir des réserves d'énergie lors de certaines maladies", affirment les docteurs Steven Heymsfield et William Cefalu, dans un éditorial publié également dans le JAMA. De plus, les traitements médicaux prescrits aux obèses modérés préviennent certaines maladies cardio-vasculaires et protègent l'organisme de pathologies telles que le diabète et troubles métaboliques associés.

Pas question toutefois de se laisser aller à l'obésité. L'étude montre et confirme en effet un risque accru de décès à partir d'un IMC de 35. Le risque de mortalité augmente dans ce cas de 30% par rapport aux personnes avec un poids normal. Dans un article de la BBC, de nombreux spécialistes de l'obésité mettent en garde et questionnent... "Avez-vous déjà vu un homme en surpoids vivre 100 ans ? La réponse est probablement jamais", déclare le Pr John Wass, vice-président de l'Université de médecine de Londres.

Source : "Association of All-Cause Mortality With Overweight and Obesity Using Standard Body Mass Index Categories", JAMA. 2013;309(1):71-82. doi:10.1001/jama.2012.113905

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :