Cancer de la peau : vers une prévention saisonnière en Suisse

Le type de peau n'est plus un indicateur fiable dans le cadre de la prévention des cancers cutanés, selon la Ligue contre le cancer suisse. Celle-ci recommande de sensibiliser le public à l'intensité des ultraviolets selon les saisons afin qu'il se protége mieux du soleil.

Rédigé le , mis à jour le

Cancer de la peau : vers une prévention saisonnière en Suisse
Cancer de la peau : vers une prévention saisonnière en Suisse

La sensibilité au soleil est souvent évaluée selon la couleur de la peau. Mais après les résultats d'une enquête en 2008, la Ligue contre le cancer suisse a considéré que le type de peau n'était pas un indicateur suffisamment fiable pour se protéger du soleil. Et pour cause : plus d'un tiers des 5.000 personnes interrogées classaient leur type de peau dans la mauvaise catégorie. Les personnes à peau claire avaient tendance à juger leur peau plus mate, ce qui pouvait les inciter à ne pas se protéger suffisamment au soleil.

On distingue essentiellement deux types de tumeurs cutanées :

  • Les carcinomes se développent à partir des cellules de l'épiderme. Ils représentent 90% des cancers de la peau. Les carcinomes surviennent la plupart du temps après la cinquantaine et sont facilement guérissables dans la majorité des cas.
  • Les mélanomes se développent à partir des mélanocytes, qui sont des cellules qui fabriquent la mélanine, responsable de la pigmentation brune ou rouge de la peau. Ils sont beaucoup plus rares, mais peuvent se développer chez les sujets jeunes. Il faut les détecter et les traiter rapidement, car ils peuvent diffuser dans tous corps et donner des métastases très difficiles à traiter.

Pour pallier ces erreurs de perception, la Ligue contre le cancer helvétique conseille désormais de ne plus utiliser les types de peau dans les messages de prévention, mais "d'avoir recours aux différents facteurs à prendre en compte pour s'assurer une protection solaire optimale". En tenant compte de ces facteurs, la Ligue contre le cancer a formulé des recommandations en fonction de la saison.

"La couleur de la peau reste un repère important pour se protéger du soleil. Les peaux claires sont plus fragiles car elles ne bénéficient pas des pigments présents dans les peaux foncées, qui jouent un rôle de barrière naturelle contre les UV", explique Nathalie Clastres, chargée de mission et de promotion du dépistage pour la Ligue contre le cancer en France. "Cependant, les peaux noires ne sont pas totalement à l'abri non plus des agressions du soleil. Lorsqu'elles sont exposées à une forte intensité d'ultraviolets après une longue période de privation, le risque de développer un cancer de la peau devient égal à celui encouru par les peaux claires", ajoute-t-elle.

Les rayons ultraviolets sont l'une des principales causes de cancer de la peau. La protection à adopter dépend donc de l'intensité des rayons UV (qui dépend du moment de l'année et de la journée), du type d'activité, de la nébulosité et de la réverbération (ex. : neige, eau), de la situation géographique (latitude et altitude), et de la durée d'exposition au soleil, ainsi que de la sensibilité de la peau au soleil. Pour une protection adaptée, il est donc important de connaître son phototype.

Quelque soit le phototype, voici les bons réflexes pour sauver sa peau :

  • limiter l'exposition des enfants ;
  • sous toutes les latitudes, eviter l'exposition solaire entre 12h et 16h ;
  • utiliser une crème de protection correspondant à votre phototype et renouveler régulièrement l'application ;
  • se protéger à l'aide de vêtements, chapeaux et lunettes solaires ;
  • faire contrôler régulièrement sa peau.

VOIR AUSSI