Anesthésie : quelle surveillance ?

J'ai eu une anesthésie ratée : j'étais consciente, sans pouvoir réagir. Quels sont les contrôles ?

Rédigé le , mis à jour le

Anesthésie : quelle surveillance ?

Les réponses avec le Dr Nicole Smolski, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital de la Croix-Rousse (Lyon) :

"Il est possible d'être conscient durant une chirurgie. En général les anesthésies n'ont pas bien été conduites et elles n'ont pas été bien surveillées. On a maintenant des moyens de surveiller la narcose, c'est-à-dire le sommeil. Cela n'a rien à voir avec le fait de ne pas avoir mal, ni avec le fait de ne pas bouger. On met des électrodes sur le front qui enregistrent le signal de l'électroencéphalogramme et qui le transforment en chiffres. Ce chiffre doit être surveillé. Il faut faire attention qu'il ne monte pas au-delà d'une certaine valeur. S'il monte au-delà d'une certaine valeur, cela signifie que le patient est en train de se réveiller. Il faut alors le rendormir en réinjectant du produit. C'est actuellement médico-légal aux Etats-Unis car beaucoup de patients ont fait des procès pour des défauts de sédation alors que ce n'était pas forcément vrai. Maintenant on peut prouver que les patients ont dormi."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :

  • J'ai subi une dizaine d'anesthésies en 15 ans, dont certaines ont duré plus de cinq heures. Y a-t-il un danger pour ma santé ?
    Voir la réponse en vidéo*
  • La prise régulière de somnifères peut-elle avoir une conséquence sur l'efficacité de l'anesthésie ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Dr Nicole Smolski, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital de la Croix-Rousse (Lyon)

Sponsorisé par Ligatus