Accouchement sous X : pourquoi la levée de l'anonymat inquiète

La députée UMP Brigitte Barèges suggère, dans une proposition de loi, de lever l'anonymat des femmes accouchant sous X. Ce projet soutenu par plusieurs associations suscite l'inquiétude de pédopsychiatres, mais aussi du Mouvement français pour le Planning familial. Sa secrétaire générale, Marie-Pierre Martinet, répond à nos questions

Rédigé le

Accouchement sous X : pourquoi la levée de l'anonymat inquiète
Accouchement sous X : pourquoi la levée de l'anonymat inquiète
  • Dans sa proposition de loi, la députée Mme Barèges souhaite lever l'anonymat des femmes accouchant sous X. Si la proposition est adoptée, elles devront obligatoirement laisser leur nom, mais le secret sera maintenu jusqu'aux 18 ans de l'enfant. Qu'en pensez-vous ?

Marie-Pierre Martinet : "La proposition nous paraît totalement inadaptée et dangereuse dans le contexte actuel. D'une part, elle dénie aux femmes le droit de ne pas vouloir être mère. D'autre part, elle ne va rien apporter de plus si ce n'est qu'à la perspective de devoir laisser une identité, certaines femmes pourraient se mettre en danger au moment d'accoucher et par la même occasion mettre l'enfant en danger.

"Aujourd'hui, ce qui existe est la possibilité pour les femmes accouchant sous X de ne rien laisser comme informations ou bien de laisser leur identité ou encore de transmettre les circonstances qui les ont amenées à recourir à l'accouchement sous X. Les seules informations obligatoires auxquelles elles doivent se soumettre sont le lieu, la date et l'heure de naissance de l'enfant.

"Remettre en cause ce système de l'anonymat en les obligeant systématiquement à laisser leur nom c'est faire peser sur les têtes de ces mères une épée de Damoclès à la majorité de l'enfant. C'est leur dire que ce qui s'est passé il y a dix-huit ans peut leur revenir en pleine face."

  • Dans ce texte, la députée propose également que des éléments sur l'état de santé de la mère ou ses antécédents génétiques soient précisés au moment de l'accouchement sous X. Quelle est votre réaction ?

M-P. M. : "Cette mesure est une plaisanterie. En effet, un enfant naît d'une mère et d'un père, cela veut dire que son héritage génétique est constitué par les deux parents. Vouloir faire porter la responsabilité d'un problème médical uniquement sur la mère ne me semble pas recevable, le problème peut très bien venir des générations antérieures chez le père."

  • A votre avis, comment expliquer une telle proposition ?

M-P. M. : "Globalement nous sommes dans une société qui a du mal à accepter que des femmes refusent d'être mères et on n'hésite pas à les faire culpabiliser. On oppose aussi le droits des femmes et le droits des enfants alors que ce ne devrait pas être le cas. Il faut qu'il y ait un compromis et ce compromis est la loi actuellement en vigueur depuis 2002. Pourquoi tout changer ? Travaillons plutôt sur l'accompagnement des parents d'enfants nés sous X, accompagnons les femmes en leur expliquant qu'elles peuvent lever le secret des années après..."

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

 Et aussi :