1967 : La première transplantation cardiaque

HISTOIRE DE LA CHIRURGIE CARDIAQUE - Le 3 décembre 1967, leurs noms résonnent en une de tous les journaux radios et télévisés. Christiaan Barnard vient de réaliser la première greffe du cœur au Cap, en Afrique du Sud. Louis Washkansky, 54 ans, est le premier homme transplanté cardiaque. Barnard est désormais le plus célèbre des chirurgiens.

Rédigé le

1967 : La première transplantation cardiaque
1967 : La première transplantation cardiaque

De l'autre côté de l'Atlantique, à Stanford, aux Etats-Unis, un autre cardiologue et chercheur regarde attentivement son poste de télévision. Norman Shumway a consacré toute sa vie à cette greffe. Il est reconnu par l'ensemble de la profession comme le maître de la transplantation. C'est d'ailleurs avec lui que Christiaan Barnard a tout appris : il lui a enseigné sa méthode sur des animaux quelques années plus tôt. Il lui a appris à sectionner le cœur au bon endroit, à le conserver dans le froid... 

Christiaan Barnard © AKG Images

Mort cardiaque ou mort cérébrale ?

Sa technique est au point, mais l'éthique est contre lui ! La définition de la mort aux Etats-Unis n'est pas claire. Certains médecins continuent de penser que si que le cœur bat toujours, la vie est encore possible. Délicat donc de prélever un cœur vivant, même si le patient est en état de mort cérébral. Des patients meurent tous les jours d'insuffisance cardiaque dans le service de Shumway.

En Afrique du Sud, Barnard a donc la méthode. Le gouvernement est de son côté. Il ne lui manque plus que le patient et le donneur : Louis Washkansky a du diabète. Il est en insuffisance cardiaque depuis des années. Ses jours sont comptés. Le donneur ? Une donneuse en l’occurrence, Denise Darvall, une jeune femme de 23 ans renversée la veille de la transplantation par un camion. Son père a accepté de donner le cœur de sa fille pour sauver une autre vie.

En cette fin d'année 1967, cette première sud-africaine fait jurisprudence dans le monde entier, même aux Etats-Unis. Shumway, beau joueur, salue l'audace de son confrère. Il se lance trois semaines plus tard, en janvier 1968.

Transformer l'essai

En France, les professeurs Cabrol, Guiraudon et Mercadier opèrent Clovis Roblain à la Pitié-Salpêtrière à Paris le 27 avril 1968.

Mais l'euphorie ne dure pas. Les greffes sont éphémères. Les patients meurent les uns après les autres. Certains tombent malades : leurs défenses immunitaires sont mises à mal par les traitements anti-rejets. Au contraire, d'autres décèdent parce que leur corps rejette ce nouvel organe.

En 1970, Christiaan Barnard déclare : "Je savais que la grande lutte, dans la greffe de cœur, n'était pas de placer un organe neuf chez un être humain, mais de parvenir à ce qu'il y demeurât."

Il faudra attendre une autre découverte pour que les transplantations soient durables : la ciclosporine, un puissant agent immunosuppresseur.

En savoir plus sur l'histoire de la chirurgie cardiaque :

VOIR AUSSI :


Sponsorisé par Ligatus