900 000 jeunes enfants vaccinés contre le Covid en une semaine aux Etats-Unis

Près d’un million d'Américains de 5 à 11 ans ont reçu leur première dose de vaccin Pfizer depuis le mardi 2 novembre.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
900 000 jeunes enfants vaccinés contre le Covid en une semaine aux Etats-Unis
© Moldova / Shutterstock

La campagne de vaccination contre le Covid-19 se poursuit pour toutes les catégories d’âge aux Etats-Unis. En une semaine, plus de 900 000 enfants de 5 à 11 ans ont reçu une première dose de vaccin anti-covid Pfizer-BioNTech, dans le cadre de l’accélération de la campagne de vaccination outre-Atlantique.

Il s'agit "d'un bon début", a estimé mercredi dernier le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche, Jeff Zients, en annonçant ces chiffres lors d'une conférence de presse hebdomadaire.

Il a anticipé une accélération du rythme des injections dans les semaines à venir, les centres de vaccination étant peu à peu approvisionnés avec les doses infantiles. Environ "700.000 rendez-vous supplémentaires ont déjà été pris" dans les pharmacies, a ajouté M. Zients. 

A lire aussi : Vaccination anti-covid des ados : mode d'emploi

Pas (encore) de vaccins pour les jeunes en France

Les Etats-Unis comptent 28 millions d'enfants entre 5 et 11 ans. Pour recevoir leur injection, ils peuvent se rendre dans les pharmacies ou chez certains pédiatres. Des hôpitaux pour enfants ou de nouveaux lieux mis en place spécialement pour cette nouvelle campagne servent également de centre de vaccination.  

Le vaccin est toujours administré en deux injections, à trois semaines d'écart. Mais le dosage a été adapté à 10 microgrammes par piqûre, contre 30 microgrammes pour les groupes plus âgés.

En France, une éventuelle campagne de vaccination des jeunes enfants ne débuterait pas avant la fin de l’année au plus tôt, a indiqué Olivier Véran mercredi soir dernier. Le sujet continue de susciter des interrogations de la part des familles et du gouvernement. « Il faut étudier si le rapport bénéfice risque justifie de l’autoriser ou non », a résumé Olivier Véran sur TF1 mercredi 10 novembre.