USA : 100 000 décès prématurés par an liés aux phtalates dans le plastique
©VALERYIA LUSHCHYNSKAYA

USA : 100 000 décès prématurés par an liés aux phtalates dans le plastique

Des chercheurs ont établi un lien entre la présence de phtalates dans les plastiques et l’apparition de maladies cardiovasculaires dans la population américaine.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Nourriture, vêtements, cosmétiques, jouets … Une étude rendue publique le 12 octobre établit un lien entre la présence de phtalates dans les matières plastiques de ces objets du quotidien et le décès prématuré de 100 000 Américains de 55 à 64 ans chaque année. 

Ces phtalates sont considérés comme des perturbateurs endocriniens nocifs pour la santé. Mais le lien direct entre une exposition à ces produits et des décès dus à des maladies cardiovasculaires ou à des cancers aux Etats-Unis n'avait pas encore été établi de manière certaine. 

A lire aussi : Exposition prénatale aux phtalates : des effets cognitifs perceptibles ?

Entre 90 000 et 107 000 décès attribuables aux phtalates

Cette étude de l'école de médecine Grossman de l'université de New York a été publiée dans la revue Environmental Pollution. Les chercheurs ont analysé les effets de l'exposition aux phtalates sur une population de 5.303 adultes de plus de 20 ans.

L'étude et les analyses biologiques (notamment d'urine) des participants se sont déroulées entre 2001 et 2010, avant que ne soient décortiquées les statistiques de mortalité jusqu'à la fin de 2015. Les analyses de données ont été extraites en juillet 2020.

En "extrapolant (les résultats) à la tranche d'âge de la population américaine de 55 à 64 ans, nous avons identifié 90.761 à 107.283 décès attribuables" à l'exposition aux phtalates, explique l’étude.

De nombreuses maladies cardiovasculaires"

Nos conclusions montrent qu'une plus grande exposition aux phtalates est liée à une mort prématurée, en particulier de maladie cardiaque", a estimé l'un des auteurs, Leonardo Trasande, cité dans un communiqué.

"Jusqu'à présent, nous savions que les produits chimiques provoquaient des maladies cardiovasculaires, lesquelles sont une des premières causes de décès. Mais nous n'avions pas encore lié directement ces produits chimiques à la mortalité", a ajouté le scientifique de l'université de New York, signataire de ces travaux avec deux collègues de l'université de l'Iowa, Buyun Liu et Wei Bao.

"D'autres études devront corroborer ces observations et identifier les mécanismes (à l'oeuvre), mais les autorités régulatrices doivent agir de manière urgente", plaide l'étude de l'université de New York.