1. / Sexo
  2. / Contraception
  3. / Stérilet

Cinq questions sur les stérilets hormonaux et au cuivre

Le DIU, aussi appelé stérilet, est la deuxième contraception la plus utilisée par les femmes. Qu'il soit au cuivre ou hormonal, quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Rédigé le , mis à jour le

Cinq questions sur les stérilets hormonaux et au cuivre
Cinq questions sur les stérilets hormonaux et au cuivre

Au cuivre ou hormonal ?

Il existe deux types de DIU (Dispositif Intra Utérin), l'un au cuivre et l'autre hormonal. Les deux agissent en gênant l'ascension des spermatozoïdes et en rendant la muqueuse de l'utérus inaptes à la nidation, grâce aux effets du cuivre pour le premier type, ou de l’hormone, le lévonorgestrel, diffusée régulièrement par le stérilet hormonal.

"Le choix du stérilet se fait en fonction de la nature des règles, de leur abondance ou des douleurs associées, et du choix de chaque patiente après dialogue avec son médecin", explique le Dr Tamborini, gynécologue. 

Aujourd'hui, on pose environ 800.000 DIU par an en France, dont un peu plus de la moitié de stérilets hormonaux et un peu moins de la moitié au cuivre. Sa fréquence d’utilisation augmente, c’est la deuxième méthode de contraception derrière la pilule, qu’elle dépasse même chez les femmes de plus de 40 ans."  

Avantages et inconvénients

"Le stérilet est très efficace, estime le Dr Tamborini. Le risque de grossesse est inférieur à 1% avec le stérilet au cuivre et encore plus faible avec un DIU hormonal. Ce risque diminue après 40 ans." C'est une méthode peu contraignante, qui ne bloque pas le mécanisme physiologique hormonal et ne gêne pas les rapports sexuels. "Un stérilet bien toléré est un stérilet qui se fait oublier, reprend le gynécologue. Il donne un sentiment de liberté, sans la contrainte de la prise quotidien d’une pilule." 

Le stérilet au cuivre peut toutefois provoquer des règles plus abondantes et souvent précédées et/ou suivies par des "traces", imposant une protection. Il n'est donc pas conseillé aux femmes qui ont déjà des règles très abondantes.

"Au contraire, le stérilet hormonal réduit considérablement  l’intensité des règles et entraine même le plus souvent une aménorrhée au bout de quelques mois, précise le Dr Tamborini. Cet effet est recherché et apprécié par les patientes qui souffrent de règles abondantes et douloureuses."

Quelles contre-indications ?

Les contre-indications du DIU sont les anomalies de l’utérus, comme un polype ou un fibrome déformant la cavité utérine. Les infections en cours ou les risque d'infection génitale sont également des contre-indications. On le déconseille donc aux femmes qui sont à risque d'infection sexuellement transmissible. 

"Ce n'est pas le stérilet mais c'est le comportement sexuel qui augmente le risque d'infection, précise le Dr Tamborini. Il peut s'agir de rapports non protégés, de partenaires multiples ou d'un partenaire ayant plusieurs partenaires sexuels/elles. Un bilan de la flore vaginale et éventuellement un frottis est conseillé avant la pose, pour s'assurer de l'absence d'infection."

Comment se déroule la pose ?

La pose s'effectue lors d’une consultation en cabinet à la fin des règles ou les jours qui suivent, par un praticien (gynécologue, généralistes formés ou sage-femmes). "Le praticien prescrit une taille et modèle adaptés à chaque femme, détaille le gynécologue.

Il existe des tailles plus petites pour les jeunes filles ou les femmes qui n'ont jamais accouché par voie basse. La pose est plus délicate et sensible chez celles-ci, car le col de l'utérus ne s'est jamais ouvert. Avant la pose, le praticien va donc ouvrir légèrement avec délicatesse le col utérin, grâce à des dispositifs de taille progressive !"

Est-ce douloureux ?

La pose est rapide, en moins d'une minute, et généralement plutôt bien supportée chez les femmes qui ont déjà accouché. Un antispasmodique en suppositoire ou en comprimé peut être prescrit avant la consultation pour diminuer la douleur. Après la pose, des contractions de l'utérus sont possibles le temps que l'utérus s'habitue à la présence de ce corps étranger. Elles peuvent être soulagées par des antispasmodiques et/ou un anti-inflammatoire.

"Ne dépassent du col au fond du vagin que de très minces fils, qui sont coupés à 2-3 cm du col, reprend Alain Tamborini. S'ils sont gênants pour le partenaire, on peut les couper plus courts. Un contrôle est nécessaire un mois plus tard et une fois par an pour vérifier la position du stérilet, savoir si les rapports se passent en bien et répondre aux questions de la patiente. Il vaut mieux ne pas utiliser la cup avec un stérilet car en tirant sur la cup, cela pourrait déplacer le stérilet par un effet ventouse".

Le retrait est beaucoup plus aisé que la pose et un nouveau DIU peut être posé au cours de la même consultation si la femme souhaite poursuivre avec ce type de contraceptif.

Quel est son coût ?

Le DIU au cuivre coûte 30,50€ et est remboursé à hauteur de 65%, sur ordonnance du médecin. Certaines mutuelles prennent en charge le complément. Il peut être laisser au moins 5 ans. Le prix d'un DIU hormonal est de 104,98€, à 130€ environ, et là encore il est pris en charge à 65% par la CPAM. Il est efficace pendant 5 ans ou 3 ans pour la petite taille. 

A lire aussi : A chacune sa contraception

Voir aussi sur Allodocteurs.fr