1. / Sexo
  2. / Contraception
  3. / Pilule

Les pilules Yaz® et Jasmine® sur la sellette

Deux pilules de troisième génération, Yaz® et Jasmine® augmenteraient le risque de caillot sanguin, selon un rapport de la Food and Drug Administration, l'agence américaine des médicaments.

Rédigé le , mis à jour le

Les pilules Yaz® et Jasmine® sur la sellette
Les pilules Yaz® et Jasmine® sur la sellette

Déjà pointées du doigt par deux études publiées en avril 2011 dans le British Medical Journal, qui soulignaient leurs effets secondaires potentiellement dangereux comme la phlébite ou l'embolie, les pilules contraceptives Yaz® et Yasmin®, appelée Jasmine® en France, sont de nouveau sur la sellette.

Cette fois, c'est la Food and Drug Administration, l'agence américaine des médicaments qui révèle un risque accru de caillot sanguin pour les femmes qui utilisent ces pilules contraceptives dernière génération contenant de la drospirénone, un gestagène synthétique de nouvelle génération proche de l'hormone naturelle. Le risque serait multiplié par 1,5 par rapport aux autres pilules, plus anciennes.

Ces études ont porté sur plus de 800 000 femmes ayant utilisé différents moyens de contraception entre 2001 et 2007.

Les pilules Yaz® et Jasmine® du laboratoire allemand Bayer sont des pilules contraceptives faiblement dosées qui allient justement la drospirénone et l'éthinylestradiol, un œstrogène courant dans les contraceptifs oraux. La drospirénone aiderait à réduire les syndromes prémenstruels et serait bénéfique pour la peau et les cheveux.

Elles sont parmi les plus vendues, représentant 1,5 milliard de dollars de ventes mondiales pour Bayer en 2010.

L'agence américaine a également constaté un risque accru de caillot sanguin avec le timbre contraceptif Ortho Evra® pour une semaine de Johnson and Johnson et l'anneau vaginal contraceptif mensuel NuvaRing® du laboratoire Merck.

De plus ces trois méthodes de contraception "sont liées à un plus grand risque de phlébite comparativement à des contraceptifs standards à faible dose", écrit l'agence américaine des médicaments. Elles seront passées au crible par un comité consultatif d'experts américains le 8 décembre 2011.

L'Agence européenne des médicaments avait elle-même conclu en mai 2011 que ces pilules représentaient un risque accru de phlébite. Elle soulignait toutefois que le risque général de formation de caillot, lié à toute méthode de contraception, demeurait faible et ne justifiait donc pas une recommandation aux femmes de cesser de prendre des pilules contenant de la drospirénone.

Sur son site Internet officiel, Bayer indique que la pilule Yaz® est liée à "un accroissement du risque de plusieurs effets secondaires graves dont des caillots de sang, des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques."

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :