1. / Se soigner
  2. / Politique santé
  3. / Désert médical

Des ''médecins volants'' au secours des déserts médicaux

Bonne nouvelle pour les régions en manque de médecins : un décret paru au Journal officiel va permettre la création de "médecins volants" qui pourront aller temporairement dans des déserts médicaux, tout en pouvant se faire remplacer dans leur propre cabinet, ce qu'interdisait jusqu'ici le code de déontologie médicale.

Rédigé le , mis à jour le

Des ''médecins volants'' au secours des déserts médicaux

- Reportage d'Auriane Baudin, Timothée Dereix et Lydia Chaubon -

 

"L'exercice de la médecine foraine est interdit. Toutefois quand les nécessités de la santé publique l'exigent, un médecin peut être autorisé à dispenser des consultations et des soins dans une unité mobile selon un programme établi à l'avance", énonce un des derniers décrets d'application de la loi HPST (Hôpital Patients Santé Territoires) de juillet 2009 paru le 8 mai 2012 au JO.

Une expérimentation aura lieu l'été 2012 à Belle-Ile-en-Mer (Morbihan) où il y a une pénurie de médecins, particulièrement ressentie en période estivale du fait de l'affluence des vacanciers.

Le Syndicat des médecins libéraux (SML), qui avait promu l'idée de "médecins volants" dans les déserts médicaux s'est félicité de la parution du décret. "Nous soutiendrons toutes les initiatives allant dans le sens d'une médecine plus mobile", a déclaré à l'AFP le Dr Roger Rua, secrétaire général du SML.

"Pourquoi pas des cabinets en pré-fabriqué répondant à des besoins temporaires", a-t-il indiqué, mettant aussi en avant l'idée de cabinets secondaires, non ouverts en permanence, mais dans lesquels viendraient consulter à tour de rôle plusieurs médecins tout au long de l'année, acquérant ainsi une bonne connaissance des patients.

Les projets de médecine mobile ainsi rendus possibles doivent être approuvés par les conseils départementaux de l'Ordre des médecins.

En savoir plus