1. / Se soigner
  2. / Examens médicaux
  3. / IRM

IRM : des délais d’attente trop importants pour un rendez-vous

En France, il faut en moyenne cinq semaines avant de pouvoir passer une IRM "urgente". De grandes disparités sont constatées sur le territoire.

Rédigé le

IRM : des délais d’attente trop importants pour un rendez-vous
IRM : des délais d’attente trop importants pour un rendez-vous

Le délai moyen pour passer une IRM en France est estimé à 34,1 jours en 2017, contre 30,6 en 2016, selon une enquête réalisée par l’association Imagerie Santé Avenir pour le syndicat national de l’industrie des technologies médicales (SNITEM).

Le Plan Cancer 2014-2019 a fixé pour ambition de ramener le délai d'attente des IRM sous la barre des 20 jours. Un objectif qui avait été "revu à la baisse" par rapport au précédent plan qui espérait réduire la limite à 15 jours, voire même "à 10 jours dans les régions à risque élevé de mortalité par cancer".

En se référant à l’ancien découpage des régions, la Bretagne et l’Alsace correspondent aux territoires les plus touchées par le cancer. En 2017, les délais moyens de rendez-vous IRM relevés par l’enquête y sont respectivement de 51,5 jours et de 45,5 jours [2].

Chaque année depuis 2004, le SNITEM fait contacter dans toute la France les structures possédant au moins un appareil IRM pour un examen médical "urgent". Le scénario mis en place est le suivant : une personne explique que son père, opéré d’un cancer du côlon trois mois auparavant, présente depuis peu une douleur lombaire. Il dispose d’une ordonnance de son cancérologue, afin qu’une IRM lombaire soit réalisée rapidement.

Cette année, 445 prises de rendez-vous ont été faites (annulées en conclusion de l’échange téléphonique). Lorsqu’un rendez-vous n’a pu être obtenu "en raison des procédures administratives exigées" (demande de documents médicaux), une estimation du délai d’attente a été demandée.

"Quand un rendez-vous a pu être obtenu directement, le délai d’attente était de 27,7 jours en moyenne", précise le SNITEM. La moitié de ces rendez-vous correspondait à des délais inférieurs à 25 jours. Le délai le plus court obtenu était "le jour même" et le plus long… 125 jours.

Lorsque le délai est seulement estimé par la structure, la moitié des rendez-vous correspond à des délais inférieurs à 38 jours. Le délai le plus court était de 2 jours, et le plus long de 280.

Une dégradation dans la plupart des régions

"Les délais moyens d’obtention d’un rendez-vous IRM dans notre situation de référence se sont malheureusement dégradés, cette année encore, dans la plupart des régions", estiment les auteurs de l’enquête, qui précisent qu’ils ne se sont améliorés "que dans 5 régions : Franche-Comté, Basse Normandie, Aquitaine, Alsace, Corse."

L’explication est-elle à chercher au niveau du taux d’équipement des établissements [1] ? S’il s’agit de l’une des variables du problème, elle est loin d’être la seule.

Pas seulement un problème d’équipement

L’analyse statistique montre bien une corrélation entre l’augmentation du taux d’équipements et la diminution du délai d’obtention d’un rendez-vous d’IRM mais, "comparativement aux années précédentes, [cette relation] devient de moins en moins nette", observe le SNITEM.

Ainsi, la région Centre qui a acquis 5 machines en un an, n’a pas vu les délais moyens d’obtention de rendez-vous améliorés.

Les résultats de cette enquête ne permettent pas d’expliquer cette évolution.

L’imagerie IRM est de plus en plus sollicitée, en neurologie (AVC…), en cancérologie, mais aussi en urologie ou dans le champ des maladies ostéo-articulaires.

la rédaction d’Allodocteurs.fr


[1] Toutes les régions ne sont pas également dotées en appareils IRM, en lien avec la densité de population sur le territoire. Mais des disparités importantes existent, entre l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais et ses 18 appareils par million d’habitants (74 machines) et les Pays de la Loire, avec seulement 10,4 appareils par million (39 machines pour une population de taille très voisine).

[2] La fusion des régions Alsace,
Champagne, Ardenne Lorraine en une seule région "Grand Est" vient en apparence niveler les délais d’attente. S’ils sont respectivement de 45,5, 29,9 et 29,1 jours, à l’échelle de la nouvelle région, le délai moyen est de 34,6 jours.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr