Image d'illustration.
Image d'illustration. Crédits Photo : StanislavSukhin

Vaccins anti-covid : la France donne ses doses Astra Zeneca

Les doses de vaccin anti-covid AstraZeneca déjà commandées par la France sont désormais basculées vers les pays en développement, via le dispositif de redistribution Covax.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Toutes les nouvelles livraisons à la France de vaccins anti-covid d'AstraZeneca sont désormais basculées vers les dons aux pays en développement via le dispositif Covax, a indiqué le 20 juillet le ministère de la Santé.

4,5 millions de doses en août

Cette semaine "environ un million de doses d'AstraZeneca" doivent être livrées, qui seront "100% fléchées à Covax", le dispositif de solidarité internationale, a ajouté un représentant du ministère de l'Economie et des Finances. Et 4,5 millions de doses du laboratoire anglo-suédois déjà commandées et attendues en août connaîtront la même destination.

A lire aussi : Vaccins anti covid : pourquoi un plan mondial est nécessaire

Un vaccin délaissé en France

Pourquoi ces doses sont-elles données ? Le vaccin AstraZeneca, qui utilise la technologie du vecteur viral, est utilisé dans la campagne vaccinale depuis début février. Mais son usage a rapidement été restreint aux plus de 55 ans en raison d'effets secondaires très rares mais graves.

Ces signalements ont entraîné une relative désaffection de la population pour ce vaccin, se traduisant par des taux d'utilisation des doses nettement inférieurs à ceux des vaccins à ARN (Pfizer et Moderna).

135 pays bénéficiaires

Au 12 juillet, le système Covax, qui devait garantir un accès équitable aux pays riches comme aux pays défavorisés aux vaccins anti-covid, avait distribué plus de 102 millions de doses de vaccins dans 135 pays.

Depuis le mois d'avril, la France a "cédé près de cinq millions de doses via Covax", avec "une augmentation progressive des dons", a souligné le représentant de Bercy : 100.000 doses en avril, 500.000 en mai, 2,5 millions en juin et "près de 3,5 millions" attendues en juillet. La France souhaite aussi "pouvoir donner des vaccins Pfizer et Johnson & Johnson avant la fin de l'été", a-t-il ajouté.