Le Nobel Jules Hoffman devient immortel

Jules Hoffmann a été élu hier à l'Académie française. Cette élection fait suite à une série de récompenses prestigieuses dont un prix Nobel de médecine et une médaille d'or du CNRS il y a moins de 6 mois.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Désireuse de voir des scientifiques dans les rangs de l'Académie française, Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'institution, l'avait incité à poser sa candidature, suite au décès de Jacqueline de Romilly en décembre 2010. Elu jeudi 1er mars 2012 au premier tour, le biologiste de 70 ans a déclaré qu'il s'agissait pour lui "du début d'une nouvelle aventure intellectuelle" et s'est réjoui de voir la science reconnue comme partie intégrante de la culture.

Une distinction de plus pour celui qui est déjà membre de l'Académie des sciences depuis 1992 et de plusieurs académies des sciences étrangères, dont celles d'Allemagne, de Russie et des Etats-Unis. Jules Hoffmann rejoint ainsi le biologiste François Jacob, prix Nobel de médecine en 1965 et membre de l'Académie française depuis 1996. L'élection du Pr. Hoffmann s'inscrit dans une longue tradition de l'institution qui a toujours accueilli des membres de l'Académie des sciences.

Il contribuera désormais à la mission première de l'Académie française fondée par Richelieu en 1635 : l'élaboration du Dictionnaire, qui doit notamment "prendre en compte les profonds bouleversements qu'a entraînés dans la langue française cette extraordinaire expansion" récente de la science.

Le Pr. Hoffmann a consacré sa carrière à l'endocrinologie et à l'immunologie des insectes.

Dans les années 70, il avait créé le laboratoire "Réponse immunitaire et développement chez les insectes" à l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire du CNRS à Strasbourg. Puis il s'était lancé dans des travaux sur l'immunité des drosophiles (mouches du vinaigre) à la fin des années 1980, alors que personne n'avait jamais réalisé ce type de travaux.

Ces travaux qui avaient aidé à la compréhension de l'immunité innée chez l'homme lui avaient valu l'obtention du prix Nobel de médecine le 3 octobre 2011, avec l'Américain Bruce Beutler et le Canadien Ralph Steinman

En savoir plus