Des cellules de peau reprogrammées en ovules… et voici 26 souriceaux !

RECHERCHE – Des ovules viables dérivés de cellules de peau, et entièrement cultivés en laboratoire, ont été fécondés avec succès. Une première "made in Japan", qui fait l’objet d’une publication ce 17 octobre dans Nature.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Photo : six des vingt-six souriceaux, à l'âge de onze mois. (crédit : Nature) - Vidéo : entretien avec le Pr Xavier Nissan, chercheur à l'I-Stem
Photo : six des vingt-six souriceaux, à l'âge de onze mois. (crédit : Nature) - Vidéo : entretien avec le Pr Xavier Nissan, chercheur à l'I-Stem

En 2012, des chercheurs de l’université de Kyoto annonçaient avoir fait régresser des cellules de peau en cellules souches embryonnaires, puis en cellules sexuelles qui, une fois implantées dans des souris adultes, devinrent des ovules viables. Durant l’été 2016, une seconde équipe japonaise annonçait avoir créé des ovules viables in vitro – sans recours à l’organisme d’une souris – à partir de cellules souches embryonnaires. L’étape suivante – la création d’ovules valides 100% in vitro à partir de cellules de peau – vient d’être franchie, encore une fois par des chercheurs japonais (Université de Fukuoka).

Pouvoir achever in vitro la maturation des cellules en ovule sans avoir à réaliser une implantation dans des ovaires représente une économie de temps et d’argent très conséquente, ainsi qu’une très grande maîtrise du processus reproductif.

Vingt-six souris... et leurs descendants !

Il y a près d’un an, vingt-six souriceaux sont nés "en bonne santé" à l’issue d’une FIV réalisée sur ces cellules, selon l’étude publiée ce 17 octobre dans Nature. D'après l’un des co-auteurs, plusieurs de ces souris ont elle-même procréé durant l’année écoulée.

Les chercheurs notent que seuls 3,5% des embryons issus de leurs ovules se sont développés jusqu’à leur terme – contre un taux de 60% dans la technique qui implique une maturation dans des souris adultes.

Ils affirment par ailleurs que d’autres équipes de l’université de Fukukoa ont reproduit avec succès la technique présentée dans Nature. Des réactions enthousiastes ont été exprimées par la communauté de la biologie de la reproduction.

Source :  Reconstitution in vitro of the entire cycle of the mouse female germ line. O. Hikabe et al. Nature, 17 octobre 2016. doi:10.1038/nature20104

 

En février dernier, des chercheurs chinois avaient annoncé avoir réussi à créer in vitro des spermatides – des cellules sexuelles masculines immatures. La validité de leurs résultats n’a pas encore été confirmée.