Désert médical : le druide a trouvé son remplaçant

Il était prêt à tout pour préserver son village du désert médical. Y compris à embaucher un druide. C'est en tout cas ce que le maire de La Roche-Derrien, petite commune des Côtes d'Armor, a voulu faire croire à la France entière en mars 2016. Le village a-t-il depuis trouvé son médecin ? 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Nous sommes en l'an 2016. Ici et là en Armorique, toutes les communes cherchent un médecin. Toutes ? Non. Un village peuplé d'irréductibles résiste encore et toujours au désert médical. Mais la vie n'est pas facile pour qui s'enrhume à La Roche-Derrien... Leur santé est désormais entre les mains de Gwennaël Trochet, dit Gwenn-Maël, le Prince Blanc. Un druide, à défaut de médecin, était la seule solution.

Depuis le départ à la retraite d'un des trois généralistes de cette commune de 1.000 habitants, pendant des semaines, les Rochois ont cherché un remplaçant. En vain. Le Prince Blanc lui au moins les soigne, mais à sa façon. "Je suis là pour réapprendre à respirer le corps. J'essaie aujourd'hui de faire en sorte que chacun et chacune puisse se réanimer. Ma compétence à moi, c'est de faire en sorte que les gens ne tombent pas malades", explique Gwenn-Maël.

Heureusement pour les Rochois, rien de tout cela n'était vrai : le druide était un comédien, et son embauche un canular (révélé par Allodocteurs.fr).

Quelques jours après notre article, Jean-Louis Even, le maire du village, était venu expliquer cette stratégie de communication originale sur notre plateau. "On voulait tirer une sonette d'alarme et on s'est dit qu'il n'y avait qu'une solution pour se faire écouter au niveau national : créer le buzz. Derrière l'humour, on a plus souvent de facilité à faire passer un message".

Huit mois plus tard, le message est passé. Un nouveau médecin vient tout juste de s'installer, au grand bonheur des habitants.

Mais soyons honnête : le Dr Garrel n'a pas uniquement décidé d'intégrer le cabinet médical à cause du "coup de com" du druide. Le canular l'a, bien sûr, fait sourire, mais La Roche-Derrien avait des atouts plus terre à terre. "C'est un cabinet de groupe. On est déjà trois médecins. C'est attirant pour les jeunes car ils ne veulent plus aujourd'hui travailler de manière isolée. Ils veulent travailler en groupe avec des paramédicaux à côté. Et on a vraiment tout ce qu'il faut : une orthophoniste, des kinés, des infirmiers, une psychologue... une structure paramédicale complète ", explique-t-elle.

Face à l'urgence, la jeune médecin s'est installée plus tôt que prévu dans la commune. Mais ici, elle se sent déjà comme chez elle. "Il y a plusieurs façons de faire de la médecine générale. En ville, en campagne, voilà moi ça me plait bien la campagne, je trouve que les gens sont un peu comme moi en fait", raconte-t-elle. Avant son arrivée au cabinet, les deux autres généralistes, étaient tout simplement submergés. "On était vraiment en situation très difficile ne pouvant plus accueillir de façon satisfaisante en tout cas de mon point de vue... Une tension psychologique de plus en plus importante. Cela ne pouvait plus durer comme ça. En travaillant à flux tendu on allait finir par ne pas y arriver", explique le Dr Yves Droumaguet, qui exerce dpeuis 30 ans à La Roche-Derrien.

Aujourd'hui grâce au Dr Garrel, la situation s'est stabilisée. Mais la chasse au médecin n'est pas tout à fait terminée... "Elle est hyper bien vue par la population, tout le monde en est hyper satisfait, on a hâte qu'elle se mette à plein temps... Mais  pour autant, on se retrouve presque un an en arrière puisque le Dr Callac lui, à 68 ans passés, va partir à la retraite au 1er janvier", précise Jean-Louis Even. 

Avis aux intéressés... Le cabinet ouvre ses portes à tous les médecins motivés. Autrement, les Rochois devront encore redoubler de créativité pour convaincre un généraliste de s'installer !