Retrait de tous les lots de Furosémide Teva ''par mesure de précaution''

À la suite d'un problème de conditionnement du diurétique Furosémide, les signalements affluent auprès de l'Agence du médicament (ANSM). Après un nouveau cas de décès, l'Agence a décidé le 10 juin le rappel de toutes les boîtes de ce médicament "par mesure de précaution".

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Retrait de tous les lots de Furosémide Teva ''par mesure de précaution''

L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament a, selon un communiqué, reçu lundi matin "deux nouveaux signalements de pharmacovigilance" associés au problème de conditionnement du Furosémide, parmi lesquels un cas de décès. Ces signalements surviennent après le décès, le 9 juin, d'un Marseillais de 91 ans qui prenait le médicament incriminé.

Le 10 juin, le parquet de Privas a par ailleurs ouvert une enquête après le décès six jours plus tôt d'une octogénaire dans un hôpital drômois qui, selon ses proches, aurait ingéré du Furosémide de Teva. Selon l'AFP, qui cite une source proche du dossier, ce dernier cas ne ferait pas partie des trois répertoriés par l'ANSM, ce qui portait donc mardi matin le nombre total de cas suspects à quatre.

"Pour l'un des [deux nouveaux cas annoncés lundi par l'ANSM], le patient semble avoir été traité par le produit incriminé retiré de la vente vendredi (lots Y175 ou Y176)", a précisé l'Agence du médicament. Mardi matin, des investigations étaient en cours pour confirmer que le second cas était bien associé à la prise de médicaments issus d'un des lots concernés par l'erreur de conditionnement.

Selon l'Agence, de nouveaux signalements "affluent de toutes parts", avec des cas concernant généralement des personnes âgées. Aucune autre précision n'a été fournie sur ces nouveaux cas.

Rappel de tous les lots de Furosémide Teva

À titre de précaution, l'Agence a décidé de rappeler tous les lots de Furosémide 40 mg du fabricant Teva. Selon les responsables de l'entreprise, l'erreur de conditionnement ne concernerait néanmoins que "quelques dizaines de boîtes" issues des seuls lots Y175 et Y176.

L'ANSM demande à tous les patients traités avec ce diurétique "de se rendre dès que possible à leur pharmacie" pour que les pharmaciens leur remettent du Furosémide fabriqué par d'autres sociétés, afin que leur traitement diurétique soit poursuivi. Les pharmaciens sont même invités à entrer en contact avec les patients concernés.

Enquête sur le site de fabrication

L'ANSM a entamé lundi après-midi une inspection sur le site du laboratoire Teva à Sens, dans l'Yonne, pour "trouver l'origine" de cette erreur de conditionnement.

Les inspecteurs de l'ANSM "resteront le temps nécessaire pour trouver l'origine du problème", a expliqué à l'AFP une porte-parole de l'Agence.

Dans un court communiqué diffusé dans la soirée du 10 juin, Erick Roche, président de Teva France, a indiqué qu'il ne pouvait encore "communiquer aucun élément sur l'inspection et les conclusions de l'enquête", qui se poursuivrait le jour suivant.

La malveillance est une "hypothèse possible" pour expliquer la présence du somnifère dans certaines boîtes du diurétique, a estimé auprès de l'AFP le Pr François Chast, expert en pharmacie. Le laboratoire Teva a indiqué n'exclure "aucune piste" et souligné que les deux médicaments avaient "été conditionnés sur des lignes différentes à plusieurs semaines d'intervalle".

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :