Manque de lits dans les hôpitaux à Paris : "la situation est grave"

Les urgences des hôpitaux parisiens (AP-HP) sont débordées par les épidémies actuelles, couplées au manque de personnel. L'AP-HP a déclenché le niveau 2 de son plan "hôpital en tension" en Île-de-France.

Muriel Kaiser avec AFP
Muriel Kaiser avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
Manque de lits, manque de personnel et épidémies d'hiver : les urgences sont en crise
Manque de lits, manque de personnel et épidémies d'hiver : les urgences sont en crise  —  Jacky D / Shutterstock

"La situation est grave" aux Hôpitaux de Paris (AP-HP) en raison du "débordement des urgences" lié aux différentes épidémies qui circulent dans le pays. À cela s'ajoute un manque de personnel qui oblige à maintenir des lits fermés, alerte Rémi Salomon. Le niveau 2 du plan "hôpital en tension" a donc été déclenché mardi 22 novembre dans les hôpitaux de toute l'Île-de-France.

Pour le président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP, "le débordement des urgences (...) recommence, parce qu'il y a des virus qui circulent". En ce moment, au Covid-19 s'ajoutent "la bronchiolite chez les enfants, (...) la grippe chez les sujets plus âgés", qui est "assez forte cette année", a-t-il relevé sur France Inter

À lire aussi : Fermeture de lits, manque de personnel... les urgences psys sont en crise

Des brancards à la place des lits

Dans un message adressé en début de semaine aux directeurs et chefs de service des Hôpitaux de Paris, le directeur général Nicolas Revel et le Pr Salomon écrivent que "les services d'accueil des urgences adultes de l'AP-HP connaissent depuis plusieurs jours des difficultés" à trouver des lits en "aval", ce qui se traduit par le recours à un nombre de brancards "très élevé". 

"Il est nécessaire d'analyser site par site les besoins en lits d'hospitalisation et de procéder le cas échéant à des déprogrammations médicales", estiment les responsables. C'est ce que prévoit le niveau 2 du plan "hôpital en tension".

Deux fois moins de lits qu'avant le Covid

Pour Rémi Salomon, "trop de patients arrivent" et "il n'y a pas assez de personnel pour les accueillir", pour "garder les lits ouverts dans les services". Cela génère "un encombrement" et un haut "niveau de stress chez les soignants, qui se trouvent dans une situation où ils savent qu'ils ne peuvent pas faire correctement le soin", a alerté le médecin sur France Inter. 

Avec 10 % d'infirmiers en moins qu'en 2019, les 38 hôpitaux de l'AP-HP dénombraient 16 % de lits fermés en octobre, soit deux fois plus qu'avant le Covid-19, a relevé Nicolas Revel. "Non seulement l'hôpital n'a pas été consolidé" avec la crise du Covid "mais il est plus fragile" aujourd'hui, déplore le Pr Salomon. 

Hôpital : les internes croulent sous le travail  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !