1. / Maladies
  2. / Sommeil
  3. / Apnée du sommeil

Apnée du sommeil : 90% des enfants qui en souffrent ne sont pas diagnostiqués

Des spécialistes en pneumologie et en pédiatrie alertent sur le manque de diagnostic et de traitement des syndromes d’apnées du sommeil chez les enfants. Les conséquences peuvent être importantes sur la santé des plus jeunes.

Rédigé le

Apnée du sommeil : 90% des enfants qui en souffrent ne sont pas diagnostiqués
Apnée du sommeil : 90% des enfants qui en souffrent ne sont pas diagnostiqués

Ronflement, encombrement nasal pendant le sommeil, arrêt de la respiration pendant plusieurs secondes la nuit, fatigue et irritabilité en journée... Lorsqu’ils surviennent chez un enfant, ces symptômes doivent mettre la puce à l’oreille. Ils peuvent en effet être le signe d’un syndrome d’apnées du sommeil, un trouble largement sous-diagnostiqué chez les plus jeunes, selon des spécialistes en pneumologie et en pédiatrie exerçant à Greenville (Caroline du Sud, États-Unis). Dans l’étude qu’ils publient en février 2019 dans le Journal of the American Osteopathic Association, ces médecins alertent sur le besoin de former les professionnels de santé à reconnaître et à traiter les apnées du sommeil chez les enfants.

A lire aussi : Apnée du sommeil : les enfants aussi

Gérer les apnées du sommeil grâce à la collaboration des soignants

La publication de ces spécialistes est partie d’un cas concret reçu dans leur cabinet : deux jeunes patientes, des jumelles de neuf ans, consultent pour des ronflements bruyants, des somnolences diurnes excessives et une hypertrophie des amygdales. Des symptômes qui durent malgré la consultation d’un pédiatre et d’un médecin ORL qui n’ont recommandé ni l’un ni l’autre de traitement ou d’analyse du sommeil. Les différents spécialistes de Greenville collaborent alors et diagnostiquent chez ces deux fillettes un sévère syndrome d’apnées obstructives du sommeil.

Après un traitement approprié et une rééducation de la respiration et des muscles faciaux, les résultats sont là : concentration améliorée, fatigue diminuée et sommeil de meilleure qualité. Un exemple qui les conduit à déclarer dans leur publication : "La gestion du syndrome d’apnées du sommeil est un effort interdisciplinaire dans lequel les médecins, les dentistes et les thérapeutes myofonctionnels (professionnels de la rééducation des muscles maxillo-faciaux, ndlr) sont des membres clés. […] Il est essentiel que les professionnels de santé de toutes les disciplines reçoivent une formation adéquate en médecine du sommeil afin d’assurer un diagnostic et un traitement précoces."

Des conséquences potentiellement graves sur la santé

Actuellement, faute d’une telle formation, "environ 90% des enfants avec un syndrome d’apnées du sommeil ne sont pas diagnostiqués" rappellent les spécialistes américains dans leur papier. Un chiffre considérable puisque 7 à 11% des enfants souffriraient de ce trouble.

Et cela constitue un réel problème de santé publique car, en plus de la baisse de qualité de vie au quotidien, les apnées du sommeil sont à l’origine de pathologies chroniques. Altération du développement cérébral, dommages neuronaux, retard de croissance, fatigue chronique, problèmes cardiaques, hypertension, troubles pulmonaires, troubles du déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH) figurent notamment parmi les conséquences possibles des apnées du sommeil non traitées. 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr