1. / Maladies
  2. / Poumons
  3. / Bronchite, BPCO

Covid : l'inquiétude des patients atteints de BPCO

Les patients souffrant de BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive sont plus à risque de développer une forme grave de la Covid. La période est donc très compliquée pour eux. 

Rédigé le

Covid : l'inquiétude des patients atteints de BPCO

Noémie, 33 ans, vit avec une BPCO depuis 2018. Elle est maintenue sous oxygène. Avec la Covid-19, c’est l’isolement forcé pour elle. “Je me prive de beaucoup de choses. Les sorties, tout ça, je m’isole un peu du monde … Déjà que j’ai mon conjoint et mon fils qui travaillent à l’extérieur donc dès qu’ils rentrent, ils se lavent... Malheureusement, on ne peut pas éviter le quotidien.” 

La crise sanitaire fragilise ces patients  

Environ 4 millions de Français souffrent de BPCO ou bronchopneumopathie chronique obstructive. Cette maladie inflammatoire atteint les poumons. Elle se caractérise par un rétrécissement progressif et une obstruction permanente des bronches.

Ce qui entraîne une gêne respiratoire chez les patients, souvent d'anciens fumeurs. La crise sanitaire impacte aussi leur suivi médical. Face au virus, beaucoup de malades ont délaissé leur traitement et ne se rendent plus chez leur kinésithérapeute ou leur pneumologue.  

Une maladie méconnue 

Autre problème soulevé par les malades : travailler en période de pandémie. Un premier décret, paru le 5 mai dernier, intégrait les patients BPCO dans la liste des personnes vulnérables, pouvant bénéficier du chômage partiel.  Mais 3 mois plus tard, un nouveau décret les exclut de la liste, avant de les réintégrer finalement. 

Pour l’association France BPCO, cette confusion est révélatrice de la méconnaissance de la maladie en France.  Son président, Philippe Poncet, explique : "tant qu’on ne parle pas de cette pathologie, qu’on ne la met pas sur la place publique, les Français auront du mal à comprendre pourquoi il faut avoir, faire et prendre autant de précautions dans sa vie en général, c’est une question de bon sens !”. En septembre, l’association a été reçue à l’Elysée. Elle compte adresser au ministre de la Santé un plan de protection d’urgence pour les malades BPCO.