Asthme, BPCO ... pourquoi les troubles respiratoires sont-ils favorisés par la chaleur ?

Une nouvelle vague de chaleur touche la France cette semaine. Une période particulièrement difficile pour les personnes souffrant de maladies respiratoires. L'association Santé respiratoire France donne ses conseils pour mieux vivre son asthme ou sa BPCO cet été.

Mathis Thomas
Mathis Thomas
Rédigé le , mis à jour le
Asthme, BPCO ... pourquoi les troubles respiratoires sont-ils favorisés par la chaleur ?

Entre la vague de chaleur et les incendies qui touchent le sud de la France, la santé respiratoire des Français est mise à rude épreuve. Les prochains jours s’annoncent critiques pour les personnes atteintes de troubles respiratoires.

Pour mieux comprendre pourquoi ces événements climatiques malmènent nos voies respiratoires, Frédéric Le Guillou, pneumo-allergologue et président de l’association Santé Respiratoire France, répond à nos questions.

Pourquoi les troubles respiratoires sont-ils plus fréquents en été ?

Les épisodes de fortes chaleurs peuvent entraîner une exacerbation plus importante, liée à la déshydratation", précise d’emblée le Dr Le Guillou. Conséquence : l’état respiratoire, notamment des personnes atteintes de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), s'aggrave brutalement.  

Tout comme avec un temps sec ou un air froid, la canicule peut entraîner une sécheresse bronchique”, détaille Frédéric Le Guillou. “D’autres symptômes, comme la gêne respiratoire ou une sensation de manque d’air apparaissent également, en particulier chez les personnes à risque respiratoire.” 

De plus, si l’été 2022 semble particulièrement épargné par la pollution atmosphérique, le spécialiste rappelle que “lors de pics de chaleur, il y a assez peu de vent, favorisant la pollution à l’ozone” dans l’air. Un facteur aggravant pour les troubles respiratoires. 

À lire aussi : Pourquoi les femmes sont plus à risque de mourir d’une crise d'asthme que les hommes

Comment bien se protéger ?

Pour le Dr Le Guillou, il est important “de bien s’hydrater, particulièrement pour les personnes atteintes de troubles respiratoires”. En cas d’exacerbation ou de gêne respiratoire, “il ne faut pas hésiter à doubler son traitement de fond en accord avec son pneumologue”, notamment de corticoïde et à se rapprocher de son médecin traitant pour adapter son traitement thérapeutique en fonction de la vague de chaleur.

Pour les personnes vulnérables, utiliser des humidificateurs d’air ou des linges mouillés placés devant les fenêtres est “presque indispensable” rappelle le spécialiste.

Comment protéger les enfants ?

Lors des vagues de chaleur, les spécialistes observent une nette augmentation du nombre des crises d’asthme chez l’enfant. “Les enfants se déshydratent beaucoup plus rapidement, et nécessitent un suivi permanent des troubles des voies respiratoires”, précise le Dr Le Guillou. “Pour les familles qui en ont la possibilité, un bain d’environ 25°C permet d’atténuer les symptômes de l’asthme notamment.

La ventilation est également un bon moyen de refroidir l’air et de freiner les exacerbations des troubles respiratoires. De plus, “l’activité physique des enfants doit être limitée durant les épisodes de canicule, pour éviter un coup de chaud ou une déshydratation.

Jeunes et asthme : 3/4 des décès liés à un mauvais suivi des traitements  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !