1. / Maladies
  2. / Allergies

Urticaire : les démangeaisons en plaques

Comme une piqûre d’ortie, l’urticaire est responsable d’éruptions cutanées et de fortes démangeaisons. Souvent de cause inconnue, la crise d’urticaire provoque des œdèmes impressionnants. Comment traiter une crise ou une urticaire chronique ?

Rédigé le , mis à jour le

Urticaire : les démangeaisons en plaques
Sommaire

Qu'est-ce que l’urticaire ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes exliquent les mécanismes de l'urticaire.

L'urticaire est une affection qui touche 20% des Français, au moins une fois dans leur vie. Il s'agit d'une réaction inflammatoire de la peau qui provoque des éruptions cutanées. Sous sa forme chronique, elle touche 1 à 2% de la population.

Les boutons ressemblent à des piqûres d'orties : une bosse centrale (appelée papule) et une rougeur autour (appelée érythème). C'est d'ailleurs de là que vient le nom de la maladie : urtica signifie ortie en latin. C'est donc l'association d'un oedème et d'une vasodilatation, une dilatation des vaisseaux sanguins superficiels qui explique la rougeur. Ces boutons grattent énormément.

Lorsque l'urticaire est profonde, la crise d'urticaire se transforme en œdème, appelé œdème de Quincke. Elle touche les extrémités ou souvent le visage. La crise est très impressionnant car la personne gonfle énormément et le pronostic vital peut être mis en jeu.

En général, une éruption traditionnelle peut durer de quelques heures à plusieurs semaines.

Les causes de l'urticaire

L'urticaire des muqueuses provoque des gonflements qui déforment le visage.

On ne connaît pas l'origine de la plupart des urticaires. Dans 5% des cas seulement, elle est le résultat d'une crise allergique. Dans 30 à 50% des cas, on trouve des allergies aux médicaments, le plus souvent aux antibiotiques, antalgiques ou anti-inflammatoires.

D'autres allergies sont également fréquentes aux aliments, au pollen, moisissures, poussières. Les crises peuvent aussi survenir après piqûres d'insectes. Dans ces cas-là, le plus souvent, il s'agit d'une urticaire aiguë, apparaissant dans les minutes ou les heures qui suivent l'administration.

Pour toutes les autres urticaires, l'origine reste souvent indéterminée, ce qui représente 50 à 80% des cas. Cela peut-être provoqué par le froid, la chaleur, le soleil ou encore l'eau.

L'une des causes suspectées est aussi l'origine psychosomatique. Ces urticaires, qui deviennent chroniques, durent en général plus de six semaines, avec des éruptions à répétition.

Que faire en cas de crise d'urticaire ?

Certaines personnes peuvent souffrir de crises d'urticaire à répétitions.

En général, il faut se contenter de traitements symptomatiques. Les médecins donnent alors des antihistaminiques, souvent associés à des corticoïdes.

Dans le cas des urticaires allergiques, lorsque l'on connaît la cause, on peut désensibiliser le patient.

Dans certains cas, les crises peuvent se transformer en choc anaphylactique, une réaction généralisée dont les conséquences peuvent être dramatique, allant jusqu'à provoquer la mort. Dans ces cas-là, il faut très vite administrer une dose d'adrénaline par piqûre, pour stopper la crise.

Un traitement pour l'urticaire chronique

L'urticaire chronqiue touche 1 à 2% des personnes. Certains facteurs environnementaux  l'exacerbent, comme les aliments (fraises, fromages fermentés, custacées), les médicaments, les infections et vaccins, le stress psychologique.... La maladie peut évoluer en poussées chez plus d'un patient sur 2. 
Même s'il ne s'agit aps d'une allergie, l'urticaire se traite par des médicaments indiqués dans l'allergie, comme le cétirizine, la loratadine, l'ébastine, parfois à haute dose. 
Des essais ciniques ont évalué l'intérêt d'un médicament, l'omalizumab, qui améliore les démangeaisons et les lésions). Il est donné en injection sous-cutanée, toutes les quatre semaines et il a désormais une indication dans l'urticaire chronique, même si la demande de prise en charge par l'Assurance-maladie est encore en discussion (source : Vidal). Il est donné en deuxième ligne, en cas d'échec des anti-histaminiques. La cyclosporine ou antagoniste des récepteurs aux leucotriènes sont donnés en également une option.