Zika : épidémie officiellement déclarée en Guadeloupe, vigilance accrue en métropole
Photo ©Fotolia - Jarun011

Zika : épidémie officiellement déclarée en Guadeloupe, vigilance accrue en métropole

L’épidémie de Zika a été officiellement déclarée ce 29 avril en Guadeloupe, où près de 2.100 malades ont été recensés.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le préfet de la Guadeloupe, Jacques Billant, a déclaré ce 29 avril à la presse avoir décidé de "passer en phase épidémique [pour Zika]", au vu d’une "accélération dynamique de la propagation du virus" constatée courant avril. Cette annonce fait suite aux préconisations d’un comité d’experts des maladies infectieuses et émergentes, qui s’était réuni la veille.

"C’est une réalité qui va se traduire par des actions concrètes", a ajouté le préfet. Les équipes sur le terrain vont être renforcées, avec le recrutement de 160 agents de prévention sanitaire, par les collectivités, en contrats d’insertion financés à 95% par l’Etat.

Par ailleurs, la communication à l’attention du public sera amplifiée, en privilégiant les femmes enceintes, "notre priorité" selon le préfet, femmes à destination desquelles l’offre de soins sera aussi renforcée.

Le nombre de personnes présentant des signes de la maladie qui ont consulté des médecins, est en augmentation régulière depuis 4 semaines consécutives en Guadeloupe et s'établit désormais à un total de 2.099 depuis l’émergence de la maladie. Selon la préfecture, 412 cas sont biologiquement confirmés et 30 des 32 communes de l’archipel sont touchées. Parmi les cas confirmés, 16 étaient des femmes enceintes. Aucune microcéphalie n’a été détectée, à ce jour ni aucun syndrome de Guillain-Barré. Mais une autre complication neurologique, une myélite, a été identifiée.

À Saint-Martin, le nombre de malades continue à augmenter avec désormais 212 malades. Saint-Barthélemy enregistre son premier cas biologiquement confirmé.

avec AFP


[1] Les 30 départements concernés : Alpes-Maritimes, Haute Corse, Corse du Sud et Var, Alpes-de-Haute-Provence et Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault et Vaucluse, Lot-et-Garonne, Pyrénées orientales, Aude, Haute-Garonne, Drôme, Ardèche, Isère, Rhône et Gironde, Saône-et-Loire, Savoie, Ain, Dordogne, Landes, Lot, Pyrénées-Atlantiques, Bas-Rhin, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vendée, Val-de-Marne.

 

En métropole, la surveillance estivale du moustique Aedes albopictus, vecteur du Zika mais aussi de la dengue et du chikungunya, a été activée le 1er mai. Ce moustique est déjà implanté dans 30 départements [1]. Le dispositif inclut une surveillance des populations de moustiques et des cas humains (importés ou autochtones) et une sensibilisation des populations. Celles-ci sont notamment invitées à supprimer les eaux stagnantes qui permettent la reproduction du moustique, à l'intérieur et autour de son domicile (soucoupes des pots de fleurs, vases, gouttières mal entretenues, pneus usagés...) afin de limiter sa prolifération.

Les particuliers peuvent signaler la présence de moustiques tigres via un site dédié (http://www.signalement-moustique.fr/) ou une application pour smartphone i Moustique® de l’Eid-Atlantique (établissement pour la démoustication).