Un cas d'Ebola a été repéré à Abidjan, une ville de 4 millions d'habitants (Image d'illustration)
Un cas d'Ebola a été repéré à Abidjan, une ville de 4 millions d'habitants (Image d'illustration)

Côte d'Ivoire : un cas d'Ebola repéré à Abidjan, l'OMS s'inquiète

Un cas de fièvre hémorragique Ebola a été détecté à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. "Extrêmement préoccupant", pour l'OMS.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Ebola ne laisse pas de répit. La Guinée avait annoncé, il y a à peine deux mois, la fin de sa deuxième épidémie d’Ebola. C’est aujourd’hui la Côte d’Ivoire voisine qui est en alerte. 

Les autorités sanitaires ivoiriennes ont identifié "un cas positif de maladie à virus Ebola après examen d'un échantillon prélevé" vendredi "sur une jeune fille âgée de 18 ans de nationalité guinéenne", selon le ministre ivoirien de la Santé, Pierre Demba.

Fièvre hémorragique grave

La maladie à virus Ebola est une fièvre hémorragique grave, souvent mortelle chez l’homme. Parmi les symptômes, on compte une fatigue fébrile, des douleurs musculaires, des céphalées ou encore des vomissements et diarrhées. 

Les cas les plus graves entraînent une insuffisance rénale et hépatique et des hémorragies internes et externes (saignement des gencives, sang dans les selles). Le taux de mortalité est en moyenne de 50%. 

Un cas isolé et importé

Le ministre de la Santé a précisé que la jeune femme avait quitté la ville de Labé, en Guinée, par la route et était "arrivée en Côte d'Ivoire le 11 août" dernier. "Il s'agit d'un cas isolé et importé", a-t-il assuré samedi soir à la télévision nationale RTI. 

La patiente est "actuellement en isolement et prise en charge au centre de traitement des maladies hautement épidémiques du CHU de Treichville", à Abidjan.

Vaccination en urgence

"Nous avons procédé à la remise officielle de 5.000 doses de vaccins contre Ebola", avec l'appui de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), "pour appuyer une riposte rapide autour du cas déclaré par la Côte d’Ivoire", a indiqué l'Agence nationale de sécurité sanitaire de Guinée. 

La vaccination des "groupes cibles" (personnel de santé de première ligne, contacts immédiats de la patiente, forces de sécurité aux frontières) a débuté dès dimanche après-midi. L’objectif est d’immuniser au maximum avant que la maladie ne puisse se répandre. 

Contrôles renforcés 

"Toutes les dispositions sont prises pour faire face à cette situation", a rassuré Pierre Dimba. "Le dispositif sanitaire pour le contrôle de la maladie existe et a été éprouvé avec succès par le passé". Le ministre a également assuré qu’une "collaboration transfrontalière intense avec la Guinée" serait mise en place. 

Mais malgré ce discours rassurant, "il est extrêmement préoccupant que cette épidémie ait été déclarée à Abidjan, une métropole de plus de quatre millions d’habitants", a estimé Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l'Afrique.

"Cependant, l’essentiel de l’expertise mondiale en matière de lutte contre la maladie à virus Ebola se trouve ici, sur le continent, et la Côte d’Ivoire peut tirer parti de cette expérience pour accélérer la riposte", a-t-elle ajouté.

Un lien avec l’épidémie en Guinée ?

L'OMS avait officiellement annoncé, le 19 juin dernier, la fin de la deuxième épidémie d'Ebola en Guinée. 16 cas confirmés et sept cas probables avaient été recensés dans le pays en 2021. Onze patients avaient survécu et 12 étaient décédés, selon l'OMS.

"Aucun élément n’indique que le cas détecté en Côte d’Ivoire est lié à la récente flambée épidémique qui a touché la Guinée", estime l'OMS. "Une enquête plus approfondie et un séquençage génomique permettront d’identifier la souche du virus et de déterminer s’il existe un lien".

Prise en charge précoce

La pire épidémie d’Ebola jamais enregistrée remonte à 2016. La maladie avait fait plus de 11.300 morts en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone entre fin 2013 et 2016. Un bilan sous-évalué, de l'aveu même de l'OMS. L’apparition d’Ebola dans une grande ville comme Abidjan pourrait s’avérer désastreuse si une épidémie venait à se déclarer.

Mais "il existe désormais un traitement efficace, et si les patients sont pris en charge à un stade précoce, leurs chances de survie s'améliorent considérablement" a rappelé l’OMS. La vaccination devrait d'ailleurs commencer cès ce lundi après-midi. Les prochaines semaines seront donc cruciales, avec une surveillance étroite des cas contacts pour repérer, isoler et traiter le plus rapidement possible les nouveaux malades.