De plus en plus de villes françaises obligent les riverains à porter un masque dans les espaces publics ouverts.
De plus en plus de villes françaises obligent les riverains à porter un masque dans les espaces publics ouverts. Crédits Photo : © Romain Amiot

Masques "alternatifs" : comment les fabriquer soi-même ?

En tissu, en papier, avec ou sans couture, les tutoriels de masques et écrans aux postillons artisanaux fleurissent sur internet. Des recettes simples, qui ne doivent pas dispenser des gestes barrières contre le coronavirus.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

L’Académie de médecine le préconise : le port du masque, même "alternatif", peut aider à lutter contre l’épidémie de coronavirus. Mais comme s’en fabriquer avec les moyens du bord, quand les "vrais" masques manquent ?
Plusieurs sites proposent des tutoriels pour fabriquer son propre masque de fortune chez soi.

A lire aussi : Pourquoi manque-t-on de masques en France ?

Le masque en tissu du CHU de Grenoble

Une des premières "recettes" de masque maison a été concoctée par le CHU de Grenoble, qui a mis en ligne un patron de couture accompagné d’un mode d’emploi, rapidement mis en vidéo par plusieurs internautes.

Parmi eux, l’enseigne de mode Make my Lemonade qui détaille les étapes "pas à pas" sur son site internet et dans une vidéo Instagram.

 

Bandana, serviette en papier, tee-shirt…

Le site stop-postillons.fr, créé par quatre médecins, répertorie les meilleures alternatives aux masques, plus ou moins artisanales, à utiliser comme mesure barrière supplémentaire contre le Covid-19. L'objectif : "protéger les autres de vos postillons qui peuvent contenir du coronavirus (même si vous ne vous sentez pas malade)." Le site propose donc plusieurs idées, pour les plus manuels comme pour les moins équipés :

  • Un masque avec un bandana et deux élastiques :
  • Un masque avec un chiffon et deux élastiques :
  • Un masque à découper dans un vieux tee-shirt, sans couture ni élastique :
  • Le masque en papier du professeur Daniel Garin, médecin du travail, qui ne nécessite qu’une serviette en papier, des élastiques et une agrafeuse :
  • Plusieurs modèles de masque en tissu, étape par étape, avec patrons de couture proposés par une pharmacienne :
  • Un écran en plastique avec une feuille de PVC, un élastique et une agrafeuse

Enfin, avec du matériel plus sophistiqué, la Société française des sciences de la stérilisation propose un tutoriel pour un masque à fabriquer à partir de feuilles de stérilisation en polypropylène (SMS).

Jeter les masques en papier, laver ceux en tissu

Tous ces masques et protections sont à fabriquer avec des mains propres, désinfectées avant la séance de travaux pratiques.

Les masques en papier sont à usage unique et doivent donc être jetés après chaque utilisation. Les masques en tissu doivent être lavés tous les jours. C’est pourquoi vous pourrez privilégier le coton et le lin pour les fabriquer, car ces matières se lavent facilement. Inutile d'utiliser des températures très élevées. Lavez-les avec de la lessive, comme un vêtement.

Toujours respecter la distance minimum d’un mètre

Attention : porter un masque ne protège pas totalement du coronavirus et ne doit pas être une excuse pour s’affranchir des gestes barrières ! "Le port d’un écran anti-postillons n’est PAS une dérogation supplémentaire de sortie. Il ne remplace en rien la consigne de confinement ou les autres mesures barrières (distanciation sociale, etc.)" rappelle le site stop-postillons.fr.

S’il est bien utilisé, il peut tout de même "permettre de diminuer votre pouvoir de contagion lorsque vous devez sortir pour les activités nécessaires (parce que la réalité fait que la distanciation sociale est parfois complexe entre deux rayons au supermarché…)" poursuit le site.
Pour une efficacité optimale, ne touchez pas votre masque pendant que vous le portez, lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon ou au gel hydro-alcoolique et conservez une distance minimum d’un mètre avec les personnes que vous croisez.

é