Covid : le port du masque bientôt obligatoire dans les lieux publics clos

Le président Macron a annoncé que le port du masque sera obligatoire dans tous les lieux publics clos à partir du 1er août. Une transmission du coronavirus par l’air est en effet possible.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Thanakorn.P

"On le fait dans les transports, ça marche très bien, mais c'est un peu erratique dans les lieux publics clos." Lors d’un entretien télévisé le 14 juillet, Emmanuel Macron a abordé la question du port obligatoire du masque pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. A cette occasion, il a "recommandé à tous nos concitoyens de porter le masque au maximum quand ils sont dehors et, a fortiori, quand ils sont dans un lieu clos", comme par exemple les commerces, les cinémas, les théâtres ou les administrations.

A lire aussi : Covid : la moitié des contaminations a lieu avant l’apparition des symptômes

"La meilleure prévention c'est les gestes barrière"

Cette intervention survient alors que des signes d’un rebond de l’épidémie sont observés sur le territoire. "Nous sommes sortis du premier pic (...) tout le pays s'est mobilisé et nous avons des résultats, puisqu'on a réussi à endiguer le virus et à retrouver une vie presque normale", a d’abord souligné le chef de l'État.

Mais "aujourd’hui nous avons des inquiétudes", a-t-il souligné, avertissant qu'il "y a des indices (que) ça ré-accélère, nous avons des signes que ça repart quand même un peu". Rappelant que "la meilleure prévention c'est les gestes barrières", Emmanuel Macron a donc dit "souhaite(r) que dans les prochaines semaines on rende obligatoire le masque dans tous les lieux publics clos (...) par exemple à partir du 1er août".

Un délai "logistique"

Pour expliquer le délai de 15 jours entre l’annonce de cette décision et son application, le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué "plusieurs raisons" lors d’un déplacement à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), rapporte France Info.
D’une part une raison "logistique", pour définir les lieux clos concernés, écrire le texte du décret et laisser le temps aux Français de se procurer des masques.
D’autre part une raison psychologique : cette "période d’appropriation" devrait selon lui laisser le temps à chacun de s’habituer à cette nouvelle règle.

Contrer la transmission aérienne du virus

Mais pourquoi porter un masque dans les lieux clos ? Pour éviter la transmission aérienne du virus. Le 6 juillet dernier, 239 scientifiques alertaient en effet sur un risque de propagation du coronavirus dans l’air, bien au-delà de deux mètres, par des gouttelettes microscopiques émises quand les personnes expirent. Or ces gouttelettes peuvent rester en suspension plusieurs heures dans l’air intérieur. Même si ce mode de transmission du coronavirus n’est probablement pas le principal, le port du masque permettrait de limiter une part non négligeable de contamination.

Pour 14 médecins signataires d’une tribune qui réclamaient une telle obligation, le port du masque est un "moindre mal" pour éviter un reconfinement. Parmi eux, le docteur Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris, suggérait même le 14 juillet au micro de Sud Radio que le masque soit remboursé par la sécurité sociale.