Covid : la France suspend les injections du vaccin AstraZeneca

Peu après l’Allemagne, la France devient le septième pays européen à suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca. Pour le moment aucune preuve d'effet secondaire grave directement lié à ce vaccin n'existe.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Covid : la France suspend les injections du vaccin AstraZeneca
Crédits Photo : © Shutterstock / rafapress

La France, à son tour, a décidé ce 15 mars de "suspendre par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l'autorité européenne du médicament (EMA) qui sera rendu le 16 mars, a annoncé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Montauban.

Le chef de l'Etat a dit "espérer reprendre vite" la vaccination avec ce sérum "si l'avis de l'autorité européenne le permet", alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l'Allemagne et l'Italie quelques heures auparavant après le signalement d'effets secondaires, a annoncé ce 15 mars le ministère de la Santé allemand.

L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement d'Angela Merkel, "estime que d'autres examens (sont) nécessaires", après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère. Plusieurs pays ont déjà pris une telle mesure.

A lire aussi : On vous explique pourquoi le Danemark, la Norvège et l’Islande suspendent le vaccin AstraZeneca

Des caillots sanguins

Cette décision de suspension intervient "après de nouvelles informations concernant des thromboses de veines cérébrales en lien avec la vaccination en Allemagne et en Europe", selon la même source. 

L'Agence européenne des médicaments (EMA) "décidera si et comment les nouvelles connaissances (sur ces effets secondaires) se répercutent sur l'autorisation du vaccin", a ajouté ce porte-parole. Le ministre de la Santé, Jens Spahn, a prévu de s'exprimer dans l'après-midi.

Depuis une semaine, plusieurs pays ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca après de graves problèmes sanguins chez des vaccinés. Mais rien n'indique un lien de cause à effet et l'emballement des autorités de santé divise les professionnels.

Méfiance d’autres pays européens

L'Autriche avait lancé le mouvement le 8 mars en suspendant un lot de vaccins après la mort d'une infirmière qui venait de recevoir une dose d'AstraZeneca. La femme de 49 ans est décédée à cause d'une mauvaise coagulation sanguine. 

Ensuite, d'autres pays, dont l'Italie, ont suspendu des lots isolés. Plusieurs pays scandinaves - Danemark, Norvège, Islande - sont allés plus loin en suspendant tous les vaccins AstraZeneca, suivis dimanche par les Pays-Bas. 

Le vaccin AstraZeneca est l'un des trois vaccins utilisés en Allemagne tandis qu'un quatrième, celui de Johnson & Johnson, a déjà reçu le feu vert des autorités européennes et sera distribué entre la mi et la fin avril, selon le ministère de la Santé.