Accélération de la vaccination pour les plus de 70 ans et les enseignants

Lors de la visite d’un centre de vaccination, Emmanuel Macron a annoncé que les plus de 70 ans ainsi que les enseignants allaient pouvoir se faire vacciner prochainement.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Accélération de la vaccination pour les plus de 70 ans et les enseignants

Il faut vacciner "matin, midi et soir": en visite à Valenciennes (Nord), Emmanuel Macron a demandé d'augmenter la cadence sur les injections, en élargissant la cible à tous les plus de 70 ans à partir du 27 mars et en avril aux enseignants.

"Il n'y pas de week-end et de jours fériés pour la vaccination" qui est "le coeur de la bataille", a insisté le chef de l'Etat à l'occasion d'une visite à Valenciennes d'un centre de vaccination et d'une pharmacie.

Alors que 6,35 millions de personnes en France ont reçu au moins une dose, M. Macron a assuré "se battre pour avoir des doses" et que la France allait continuer à mettre "la pression de manière extrêmement forte" sur le laboratoire AstraZeneca pour qu'il "honore" les contrats.

A lire aussi : L’Agence européenne des médicaments juge le vaccin AstraZeneca "sûr et efficace"

Un calendrier de plus en plus précis

"On va changer de dimension à partir d'avril", a-t-il ajouté, en évoquant les prochaines livraisons mais aussi l'arrivée du vaccin Johnson & Johnson le mois prochain. 

"On va ouvrir la vaccination aux 70-75 ans", a-t-il ajouté, alors qu'actuellement elle est proposée seulement aux plus de 75 ans ou à partir de 50 ans pour les personnes souffrant de comorbidités. 

Une organisation par tranches d'âge

"Je veux qu’on organise les choses de manière très méthodique, descendre par tranches d’âge", a-t-il précisé, depuis le gymnase de l'école Jean-Mineur transformé en centre de vaccination.

"C'est une course de vitesse", a ajouté le président, en précisant que l'Etat allait envoyer 30.000 doses en plus cette semaine, et 30.000 autres la suivante, soit 140.000 en tout, dans les Hauts-de-France, région "très touchée".

Cibler certaines populations

M. Macron a également annoncé que "des campagnes ciblées" seront déployées "à partir de mi-fin avril", notamment pour les enseignants qui font partie "des professions qui sont exposées".

En échangeant avec des personnes venues se faire vacciner, Emmanuel Macron a réaffirmé "l'objectif d'avoir vacciné mi-avril 10 millions de personnes", ce qui "va permettre de protéger les plus fragiles, les plus âgées ou les personnes qui ont un diabète ou qui sont obèses", et ainsi "de réduire la pression sur le système hospitalier".

A son arrivée au centre, il a échangé avec les élus locaux, dont le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand, qui avait déclaré le 22 mars que "les six millions d'habitants des Hauts-de-France" attendaient "un maximum de vaccins et au plus vite".