Le "Dry January", un succès selon les associations
©Pixabay

Le "Dry January", un succès selon les associations

9 000 personnes se sont inscrites sur le site dédié durant le mois de janvier.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le Défi de janvier, version française du Dry January lancée par le milieu associatif et des spécialistes de l'addiction, a suscité l'approbation de la majorité des Français, selon un sondage.

"Cette première édition est un succès", souligne le Pr Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions, l'une des associations qui ont participé au maintien de cette opération, en l'absence de soutien officiel des pouvoirs publics.

Cette campagne incitait à la pause ou au moins à réduire sa consommation d'alcool.

Une participation élevée

68% des personnes de plus de 18 ans interrogées pour un sondage réalisé par l'institut YouGov pensent que le Dry January (littéralement Janvier sec) est une bonne chose.

24% d’entre elles l’ont suivi, d'après cette étude réalisée du 14 au 15 janvier auprès d'un échantillon représentatif de la population, constitué de 1.007 adultes (18 ans et plus).

L'étude relève "9.000 inscrits sur le site dédié (contre 4.000 pour la 1ère édition anglaise en 2013) et 47.000 visiteurs uniques" ainsi que 3.500 abonnés Facebook et 3.091 sur Twitter.

Interroger sa consommation d’alcool

"Le succès du Défi de Janvier montre une vraie tendance des Français à vouloir faire une pause et donc à s'interroger sur leur consommation", estime Actions Addictions.

Le Pr Reynaud et son collègue le Dr Jean-Pierre Thierry, conseiller médical de France Assos Santé et du Fonds Actions Addictions, notent que le Canada, l'Australie et les Russes ont réussi à réduire leur consommation d'alcool. La France devrait en faire autant, souhaitent-ils en substance.

Selon eux, "la considérable diminution de la consommation d'alcool en Russie (-43% entre 2003 et 2016)" est due "en particulier à la fixation d'un prix minimum de l'unité d’alcool, promue par l’OMS". Cette mesure fait mathématiquement augmenter le prix de l'alcool.

11,7 litres d’alcool pur par an chez les plus de 15 ans en France

Sur 35 pays, la France est le 3e pour sa consommation d'alcool, devant la Russie, assure le Fonds Actions Addictions sur la base des données de l'OCDE.

Les retardataires, désireux de tester la maîtrise de leur consommation, peuvent toujours profiter de l'opération belge "la tournée minérale" qui se déroule en février.