Covid : l'Outre-mer fait face à une quatrième vague virulente

Six territoires d'Outre-mer sont en état d’urgence sanitaire. La semaine dernière, la Martinique, La Réunion et la Guadeloupe ont instauré un nouveau confinement. C'est aujourd'hui au tour de Saint-Martin et Saint-Barthélemy de mettre en place un nouveau couvre-feu.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Pour faire face à la flambée épidémique, l'armée envoie de l'oxygène aux Antilles (Image d'illustration)
Pour faire face à la flambée épidémique, l'armée envoie de l'oxygène aux Antilles (Image d'illustration)  —  Crédits Photo : © Alexandros Michailidis / Shutterstock

Depuis le début de l’été, la liste des restrictions imposées aux départements d’Outre-mer ne cesse de s’allonger. Après la Martinique, La Réunion et la Guadeloupe, c'est au tour de Saint-Martin et Saint-Barthélemy de mettre en place de nouvelles mesures pour freiner l’épidémie de Covid-19. 

Le préfet de Saint-Barthélemy et Saint-Martin a décidé mercredi d'instaurer à nouveau un couvre-feu du 5 au 20 août afin de limiter les déplacements et les rassemblements, et par ailleurs durci les conditions d'entrée sur les îles, notamment par voie maritime, afin de freiner la propagation du covid-19.

"Les indicateurs épidémiologiques ont doublé, l’aggravation se confirme", a assuré le Préfet, Serge Gouteyron.

À lire aussi : Vacances et covid : comment voyager cet été avec le pass sanitaire ?

Une "situation catastrophique" en Guadeloupe

Après la Martinique et La Réunion, c’est au tour de la population guadeloupéenne d’être reconfinée pour au moins trois semaines, à partir de mercredi 20H00. "Nous sommes dans une situation catastrophique, nous avons dépassé les 3.000 cas par semaine", a alerté Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe, lors d'une conférence de presse commune avec le préfet, Alexandre Rochat.

Le nombre de cas de Covid-19 a été "multiplié par plus de 10 en trois semaines". "Le taux d'incidence est à 828 pour 100.000 habitants. On n'a jamais atteint ce taux en Guadeloupe", a insisté Valérie Denux.

A partir de mercredi soir, le couvre-feu sera donc "avancé à 20H00 jusqu'à 05H00", et dans la journée il y aura "des restrictions de déplacement dans une sphère de 10 km autour de son domicile", a précisé le préfet.

"On est rentré dans une phase extrêmement difficile", a souligné Alexandre Rochatte, évoquant des "mesures indispensables quand on voit ce qui se passe durant le week-end alors que le couvre-feu a été réinstauré ".

La Martinique déjà reconfinée

Le préfet de cette région d'Outre-Mer, Stanislas Cazelles, avait annoncé le 28 juillet un nouveau confinement de l'île à partir de vendredi 30 juillet 19h pour une durée d'au moins trois semaines.

"Nous sommes inquiets, la situation sanitaire s'aggrave et les chiffres de la Covid-19 explosent", ont assuré lors d'une conférence de presse Olivier Coudin, le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé (ARS), et Stanislas Cazelles.

Le taux d'incidence en Martinique atteint 1068 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Et ce chiffre est de 377 cas pour 100.000 habitants à La Réunion.

En Martinique, "cette hausse se répercute sur le nombre de d'accueils aux urgences, en hospitalisation et en réanimation : le CHUM (Centre hositalier universitaire de Martinique) a atteint un niveau de saturation", précise par ailleurs un communiqué de la préfecture.

Confinement partiel à La Réunion

24 heures après la Martinique, c'était au tour de La Réunion d'annoncer un confinement partiel à compter du week-end du 31 juillet où un confinement partiel en journée, "renforcé d'un couvre-feu strict de 18h à 5h", a été mis en place le week-end dernier pour une période de deux semaines.

"De 5h à 18h, les déplacements sont limités à un rayon de 10 km autour de son domicile du lundi au samedi" et ce rayon est "abaissé à 5 km le dimanche", a précisé le préfet Jacques Billant, soulignant que les Réunionnais pourront uniquement "aller et venir, dans un rayon de 10 km, dans les magasins" où le masque doit être porté en continu.

Des transferts de patients vers la métropole

L’objectif est de "prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les centres hospitaliers locaux qui pourraient rapidement se retrouver sous forte tension" avec la recrudescence de cas de Covid-19, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Un avion médicalisé transportant trois malades du Covid en réanimation a atterri dans la nuit de samedi à dimanche dernier en métropole en provenance de Martinique. Ces derniers ont été pris en charge dans des établissement franciliens de l'AP-HP, a-t-on appris dimanche auprès de la direction générale de la santé.