Un rétrécissement du cerveau signe avant-coureur d’Alzheimer

Un rétrécissement du cerveau signe avant-coureur d’Alzheimer

Une atrophie de certaines parties du cerveau pourrait être une conséquence de la maladie d’Alzheimer 10 ans avant les premiers symptômes, selon une étude publiée mercredi 13 avril 2011, aux Etats-Unis.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Certaines zones du cerveau commenceraient à s’atrophier une dizaine d’années avant que la maladie d’Alzheimer ne soit diagnostiquée. Les auteurs de cette étude posent l’hypothèse que ce rétrécissement puisse être une "signature de la maladie" et permette d’identifier plus tôt les personnes à risques.

Les chercheurs ont suivi deux groupes de personnes dont aucun ne présentait les symptômes de cette pathologie. Respectivement 11 et 7 ans plus tard, sur les trente-trois personnes du premier groupe, huit avaient déclaré la maladie et dans l’autre groupe, sur les trente-deux personnes examinées, sept ont été atteintes.

En reprenant les premiers scanners réalisés, les chercheurs ont découvert que, sur les onze personnes dont certaines parties du cerveau montraient des signes de rétrécissement, 55 % ont développé la maladie. Dans le même temps, aucune des neuf personnes, avec les dimensions les plus grandes sur ces mêmes zones, n’a été atteinte.

Parmi les personnes dont les mesures se trouvaient dans la moyenne, 20 % ont déclenché la pathologie.

Pour l’auteur principal de cette étude, publiée dans la revue Neurology, le Dr Bradford Dickerson de la faculté de médecine de Harvard, "ces mesures sont un indicateur potentiellement important des premiers changements dans le cerveau liés à Alzheimer. Elles pourraient aider à prédire qui sont les personnes ayant le plus grand risque de souffrir de cette maladie et peut-être aussi de déterminer quand la maladie va se manifester".