À vos livres ! Nos conseils lecture du week-end

Yvonne de Gaulle ; Ceux de 14 ; Pour Genevoix ; Les désossés ; Du plomb dans la tête... sont les livres présentés par Gérard Collard dans "Le Magazine de la santé" du 13 novembre 2020.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
  • Yvonne de Gaulle
    Frédérique Neau-Dufour
    Ed. Fayard, mai 2010

Les Français aimaient bien celle qu’ils avaient nommée « Tante Yvonne ». Restée presque inconnue jusqu’en 1958, elle fut pendant dix ans, aux côtés du général de Gaulle, la première « Première dame » de la Ve République.

Dans la mémoire collective, elle est restée cette femme qui n’appréciait guère les feux de la rampe, mais qui ne manquait jamais à ses devoirs officiels. Vêtue de petits tailleurs sombres et de chapeaux étranges, ne ratant jamais une messe, elle n’était jamais plus heureuse qu’à Colombey, où elle se rappropriait le grand homme.

Ce portrait stéréotypé d’Yvonne de Gaulle mérite d’être revisité. Quelle vie passionnante que celle de cette jeune bourgeoise de Calais, issue d’une famille élégante et avant-gardiste ! Dotée d’une force de caractère presque aussi étonnante que celle de son mari, elle s’adapte aux coups du sort sans faillir : mère d’une enfant anormale qu’elle élève au jour le jour, projetée dans les tourbillons de la Seconde Guerre mondiale, puis présidente d’une Fondation qu’elle crée de toutes pièces, Yvonne de Gaulle est sur tous les fronts. D’un calme olympien lors des attentats qui visent son mari, sûre d’elle lorsqu’elle convainc le Général de lâcher du lest sur la contraception, cette femme finit par étonner.

Le livre fourmille de révélations et de découvertes issues d’archives négligées – correspondances privées, centaines de lettres de la Fondation Anne de Gaulle… Documentée, précise, sensible et nuancée, cette imposante biographie donne enfin à Yvonne de Gaulle la place qui lui revient dans la saga gaullienne : l’une des toutes premières.

  • Ceux de 14
    Maurice Genevoix
    Ed. Flammarion, octobre 2018

1er août 1914 : la France décrète la mobilisation générale. Le 2 août, Genevoix, brillant normalien qui n'a pas 24 ans, rejoint le 106e régiment d'infanterie comme sous-lieutenant... Neuf mois plus tard, il est grièvement blessé : c est la fin de la guerre pour le jeune homme. Entre ce mois d'août 1914 et les trois balles qui l'atteignent en avril 1915, Genevoix aura participé à la bataille de la Marne, marché sur Verdun et, pendant quatre longs mois, défendu les Éparges. Sous le feu des obus, il aura vécu le quotidien du fantassin, la boue, le sang, la mort, mais aussi, avec ses «camarades du 106», la solidarité et l'humanité partagée. Dès 1916 et jusqu en 1923, Genevoix publie cinq récits de guerre, écrits dans une langue précise et humble, réunis en 1949 sous le titre Ceux de 14. Plus qu'un grand classique sur 14-18, voici l'oeuvre d'un immense écrivain. 

  • Pour Genevoix
    Michel Bernard
    Ed. Table Ronde, novembre 2011

"À trente-quatre ans, j’ai éprouvé de nouveau l’empoignade d’une lecture d’enfance. Elle a duré deux nuits. Je relisais, bouleversé, Ceux de 14. […] M’apprêtant à écrire sur les paysages du Barrois et de la Woëvre, j’avais pensé recevoir d’une nouvelle lecture de Genevoix la bénéfique influence. Sa réputation de paysagiste était solide et l’on disait qu’il n’était pas seulement le meilleur peintre de la Loire, mais aussi de la nature meusienne. Je pense maintenant que la cause était plus profonde."

  • Les désossés
    François d'Epenoux
    Ed. Anne Carrière, octobre 2020

Dans un luxueux chalet à l’écart d’une station de ski chic, une riche famille est bloquée par des chutes de neiges anormales, dues au dérèglement climatique.
L’insouciance fait long feu. Aux premiers rationnements – d’eau, de nourriture, d’électricité – succède la faim, la vraie. Sans compter la promiscuité, les problèmes d’hygiène, le froid.
Ce qu’il reste de civilisation est touché à l’os. Le vernis craque, les masques tombent, révélant la véritable nature de chacun. L’instinct de survie fait place à la sauvagerie.
Quand le huis clos prendra fin, le feu aura retrouvé sa vocation originelle, et les fourrures d’apparat leur simple rôle de peaux de bêtes.

Comme à l’aube de l’humanité. Une humanité à réinventer.

  • Du plomb dans la tête
    Olivier Bocquet
    Ed. Michel Lafon, mars 2020

Fontainebleau, 2010. Malgré ses nombreuses caméras de surveillance, la ville ne parvient pas à assurer la sécurité de tous ses habitants. Thomas Bourriol a été kidnappé en pleine rue, attaché sur l'établi d'une forge isolée dans la forêt et sauvagement torturé. Il ignore pourquoi, ne connaît pas son agresseur mais sort aveugle de cette terrible épreuve. Une certitude l'habite : il retrouvera son tortionnaire et se vengera, coûte que coûte. L'enquête suit son cours, menée par un lieutenant de police moqué par tous ses collègues et par une stagiaire débutante. Aucun d'eux ne sait par quel bout prendre cette affaire qui ne ressemble à aucune autre, et leur hiérarchie, sous pression politique, ne fait rien pour les aider : il ne faudrait pas que l'histoire s'ébruite. Pour Thomas, comme pour ce duo de flics, les chances de retrouver le coupable sont minces. Mais la vengeance, dit-on, est un plat qui se mange froid...
 

Vous pouvez commander les livres présentés par Nicolas Houguet en vous rendant sur le site de la librairie en ligne Griffe noire.